Millepertuis : le chasse-diable

Synonymes : Chasse-diable, Herbe de la Saint-Jean, Herbe aux mille trous, Herbe aux piqûres, Herbe percée. Perforatum, millepertuis, herbe percée… L’ensemble de ces substantifs et adjectifs fait référence aux milliers de petits trous que l’on aperçoit sur les feuilles quand on regarde les rayons du soleil à travers elles. En revanche, hypericum se décompose comme suit : […]

via Millepertuis : le chasse-diable — [Books of] Dante

Publicités

Les herbes de la Saint-Jean : se préparer à cueillir

Ces plantes représentent  l’ « énergie solaire condensée et manifestée […]. Elles captent les forces ignées de la terre et reçoivent l’énergie solaire. Elles accumulent cette puissance. D’où leurs propriétés guérisseuses ou vénéneuses ».

 

 Le millepertuis, que les Anciens considéraient comme une plante douée du pouvoir de chasser les démons, s’appelle aussi chasse-diable, herbe de la Saint-Jean [ndr : depuis au moins le XIV ème siècle], et la tradition veut d’ailleurs que la cueillette s’effectue le 24 juin à midi » (3).

De l’armoise, « on croyait que la plante avait toute sa vertu au solstice d’été […]. On attribuait surtout de grandes vertus antiépileptiques aux fragments de vielles racines noircis […] que l’on cherchait sous les souches d’armoise à la veille de la Saint-Jean » (4). Rappelons au passage que Jean le Baptiste était patron des épileptiques.

« La sauge était considérée comme une plante sacrée par les Grecs, et il était d’usage d’en offrir aux dieux afin de les disposer favorablement à l’égard des sollicitations »

 

Article complet :

On dit des herbes qu’elles étaient très souvent sacrées, particulièrement grâce à leurs propriétés curatives qui auraient été découvertes par les dieux. Ainsi, rendre hommage aux plantes fut-il un bon moyen de reconnaître aux divinités leurs grandeurs. Si pour les Égyptiens antiques le blé poussait du corps d’Osiris, cela ne doit rien au hasard, ce […]

via Enquête : les herbes de la Saint-Jean — [Books of] Dant

L’armoise – Artemisia vulgaris

Synonymes : herbe de la Saint-Jean, herbe de feu, artémise, couronne de Saint Jean-Baptiste, tabac de Saint-Pierre, herbe aux cent goûts. « L’armoise donne l’impression d’une puissance détrônée, dédaignée qu’elle est devenue après avoir tenu tant de place dans les préoccupations des hommes ». Paul-Victor Fournier. Bien que présentant davantage de lustre que certaines autres Artemisia (absinthe/Artemisia absinthium, […]

via L’armoise (Artemisia vulgaris) — [Books of] Dante

La force que donne l’Amour de soi

Etre heureux avec soi-même, s’aimer sans ce juger, avoir la force de se pardonner…être aussi tolérant et empathique envers soi qu’envers les autres.
Et si la bienveillante tendresse que nous posions sur nous même changeait la donne.
J’en suis convaincue, la force la vraie, celle qui vous donne la liberté, la confiance, celle qui vous permet d’accepter les autres sans jugement, d’avancer sans crainte, de relever tous les défis, c’est l’Amour que l’on se porte.

Ne vous y méprenez pas, je ne vous enjoins pas à devenir un épouvantable égocentrique, égoïste, arriviste…narcissique qui fait le vide autours de lui.
Nous sommes « condamnés » à être nous-mêmes et à errer dans notre corps sur cette Terre. Nous n’avons pas d’autre choix que d’apprendre à nous connaître, à nous accorder une certaine valeur. Soyons simplement un peu plus tendre et bienveillant envers nous même.

Nous avons tous un talent, nous avons tous de la beauté en nous.

L’Amour de soi, c’est ce sentiment d’évoluer sans peur particulière d’assumer ce que l’on est, ce que l’on pense et ce à quoi on aspire.

L’Amour de soi, c’est par où l’on doit commencer pour s’ouvrir à tous, à tout.

cropped-course.jpg

A lire ailleurs ❤

Secret de guérisseuse : le millepertuis

Vive les vacances!  J’ai enfin eu le temps de préparer mon macérat huileux de Millepertuis.

Cette plante fleurit depuis la Saint-Jean, jusqu’en septembre…elle est formidable!  Elle est très répandue en Europe, on la trouve à l’état sauvage dans les prés et les champs, sur des terrains en friches ou en bordure de chemin.

Ses propriétés sont multiples et déjà connues dans la Grèce antique pour ses vertus anti-inflammatoire, cicatrisante et antalgique.  Récoltée en Europe la veille de la St-Jean, cette plante couleur du soleil, possédait pour les anciens de véritables vertus surnaturelles : brûlées dans les feux de la fête, elle chassait le diable et les maladies ; gardée chez soi, elle éloignait le tonnerre ; sous forme d’huile ou d’autres préparations, elle guérissait presque toutes les maladies.  Depuis, elle est utilisée en usage interne pour traiter les états dépressifs. Pour cet usage, votre médecin ou pharmacien vous conseillera. Les interactions avec d’autres médicaments sont nombreuses et dangereuses.

Préparation du macérat

Partir à la cueillette de cette plante est facile. Elle pousse (presque ) partout sur les bords de chemins secs et ensoleillés. On coupera des tiges et un gros bouquet sera ramener à la maison. millepertuis-cueillette

Les sommités florales seront coupées à la maison sans trop de précaution : les principes actifs de la plante se concentrent dans la sommité fleurie et les quelques jeunes feuilles qui l’entourent.  Les pots sont remplis de fleurs, bien tassés puis recouvert de l’huile de votre choix (pépin de raisins pour ma part).

Etape suivante, la macération au soleil.  Tant que l’huile n’est pas rouge très foncé, elle reste au soleil, couvercle toujours fermé. Compter de 20 à 40 jours.

Hyperycum5.jpg
Lorsque la couleur rouge est stabilisée, l’huile est filtrée. Certaines huiles comme l’HE de romarin sont des antioxydants très puissants : 4 à 6 gouttes d’huiles essentielles pour 100 ml de macérat huileux évitera que l’huile ne rancisse.
La conservation se fera à l’abri de la la lumière dans une pièce tempérée (flacon ambré dans la salle de bain, pour ma part)

Utilisation

Cette huile s’utilise en massage sur les bosses, bleus, coups de soleil (attention à ne pas vous exposer au soleil, elle est ultra photo sensibilisante!).

Elle aide à la cicatrisation, fera merveille sur les érythèmes fessiers des bout’d’choux.

C’est un pur cadeau de Dame Nature, ne vous en privez pas!

Elyonah

 

Je viens de découvrir ce super article : Elixir Floral de Millepertuis Officinal sauvage.
Plein d’autres infos! A lire de TTU 😉

 

course

Jeûne thérapeutique & cancer

Sur ARTE, prochainement et en ligne, ci dessous

Dans les pays occidentaux, les cas de diabète, d’hypertension, d’obésité, de cancers se multiplient et la consommation de médicaments explose. Et s’il existait une autre voie thérapeutique ? Depuis un demi-siècle, en Russie, en Allemagne et aux États-Unis, des médecins et des biologistes explorent une autre piste : le jeûne. Réputé pour sa source d’eau chaude, le sanatorium de Goriachinsk, dans la plaine sibérienne, est aussi connu pour son centre de jeûne, créé en 1995. Atteints d’asthme, de diabète, de rhumatisme, d’allergie…, les patients, très encadrés, n’ingurgitent rien à part de l’eau durant douze jours en moyenne, mais la cure se prolonge parfois trois semaines. Après la douloureuse crise d’acidose des débuts, ils se sentent plus en forme et les deux tiers voient leurs symptômes disparaître après une ou plusieurs cures. Remboursé, ce traitement s’appuie sur quarante ans d’études scientifiques, malheureusement non traduites, qui ont démarré sous l’ère soviétique. Bien qu’elles soient inconnues hors de Russie, des médecins et chercheurs occidentaux creusent aussi ce sillon, même si, aux pays du médicament-roi, ils bénéficient de peu de subventions.

Réflexe atavique

Le documentaire nous emmène aussi en Allemagne, à la clinique Buchinger, sur les rives du lac de Constance, où l’on soigne par le jeûne des maladies chroniques, et aux États-Unis, où Valter D. Longo, professeur de biogérontologie à l’université de Californie, étudie les effets du jeûne sur des souris atteintes de cancer – il a mis en évidence le fait que, chez elles, le jeûne décuple les effets de la chimiothérapie. À l’aide d’infographies très claires, le film explique les bouleversements complexes qui s’opèrent dans un organisme à la diète. Grosso modo, il réapprend à vivre de ses réserves, un réflexe atavique qui le purge et le rend plus fort. Aussi efficace que troublante, la démonstration de Sylvie Gilman et Thierry de Lestrade (Mâles en péril) incite à réévaluer notre approche de la maladie et du soin. À l’instar des malades de Goriachinsk plus confiants après avoir surmonté l’épreuve du jeûne, on se découvre un corps plus résistant qu’on ne le croyait, une nouvelle plutôt réconfortante.

Réussir son entrée dans le printemps

 4 février -15 avril

Au printemps, l’énergie yang croît, l’énergie yin décroît. C’est le renouveau. Le mouvement de la nature est vigoureux, les plantes sortent de la terre, la sève monte dans les arbres, bref, la nature s’éveille.
Chez l’être humain, un mouvement similaire s’opère. L’organe le plus concerné par ce mouvement est le foie, dont le printemps est précisément la saison. Elle se traduit par le besoin retrouvé de sortir, l’envie est aussi d’un grand nettoyage de printemps; c’est l’époque idéal pour se lancer dans de nouveaux projets.

Sous l’égide du foie et et des poumons

Cette montée en puissance du foie n’est cependant pas sans danger pour notre équilibre et notre santé. C’est en cette saison que de grandes fatigues apparaissent. Or, il faut avoir la force de contrôler cette énergie qui peut nous déborder. Les émotions et la pensée étant étroitement liées au fonctionnement des organes et notamment le plus sensible d’entre eux, le foie, des états dépressifs, des insomnies, des phases d’anxiété, d’irritabilité et encore de colère peuvent apparaître ou réapparaître à cette période.

Pour nous prévenir de ces dérèglements, le maître mot est celui de tempérance.

Tempérer cette énergie du foie peut passer par tonifier le poumon (dont une des fonctions est de contrôler l’énergie du foie) par des exercices de respiration et de relaxation, des promenades (plus pertinente ici que des joggings) dans la forêt ou à la campagne où l’on prend le temps d’observer et de ressentir cette nature qui s’éveille (en s’attardant devant une plante qui surgit de la terre, en admirant la couleur des cerisiers en fleurs, etc.).
Sur plan un plan émotionnel, n’hésitons pas à cultiver les vertus que sont patience et la gentillesse pour faire face aux états colériques qui peuvent nous envahir en cette saison.

Nettoyage de printemps

L’hygiène de vie pendant le printemps consiste à préparer l’été, qui sera la phase de plus grande dépense d’énergie. Le printemps est la saison du foie qui aime les drainages, il est donc bon à cette période d’envisager une cure de désintoxication de cet organe grâce à des plantes comme le pissenlit, l’artichaut, la radis noir, le romarin, ou bien à l’aide de tisanes (je vous recommande celle ci >>) ou plus simplement avec du jus de citron frais dans un peu d’eau le matin durant 15 jours.

La diététique du printemps

Cette énergie du foie correspond au mouvement du bois qu’il faut savoir accompagner d’une alimentation adaptée.
Ainsi, la diététique du printemps consiste à :
• Préférez la saveur Doux à la saveur acide (pour soutenir la Rate et éviter l’excès du Foie).
• Évitez les excès de nourriture et de boisson.
• Favorisez les légumes verts  et les fruits de saison
• Céréales et légumineuses adaptées: Blé, Épeautre, Orge, Millet, Soja
• Produits animaux adaptés: Fromages légers (plutôt chèvres et brebis), Poissons maigres, Viande très peu grasses, Volailles

On peut aussi penser à de courtes périodes de jeûne. On évitera le lait, le beurre, le fromage, les yaourts, le chocolat, l’alcool, le café…en excès.

cropped-course.jpg