2019, à l’heure du réveil des Sorcières

Voici une article comme on les aime : documenté, illustré et subtil.

Publié sur Energie-Santé par Morgane Sorcière, je souhaite qu’il figure sur mon blog, pour mémo et pour partage.

Une belle découverte

 

800px-john_william_waterhouse_-_magic_circle

 

Comme je vous le disais dans mon article sur le Féminin Secret, au départ, Dieu était Femme… L’évolution sociétale, ainsi que religieuse a fait en sorte de voir la femme perdre son statut de détentrice de la Vie, au profit de celui de gardienne du foyer…

Mais qu’est ce donc une « sorcière » ?

sorcièresSelon Odile Chabrillac dans son fabuleux livre « Âme de sorcière, ou la magie du féminin »,  « la sorcière est une femme qui parle, qui ose, qui vit sans se soumettre ni négocier. Elle assume son corps et vibre à son diapason : nudité, polyamours, puissance des menstruations, elle danse sa vie à l’infini. Nul doute que c’est pour cette raison (consciente et parfois inconsciente) que de nombreuses sorcières ont été pourchassées. La plupart d’entre elles ne faisaient pas mystère d’assumer leur féminité, leur sexualité ou d’aider les autres à l’assumer. »

La première sorcière à être brûlée l’a été en 1275 à Toulouse. Au 14èm siècle, les chasses aux sorcières se sont intensifiées  en Europe, car la peste faisait rage, et il fallait trouver un bouc émissaire. Sous le règne de Philippe le Bel. Il ordonna le massacre de toutes les personnes qui exerçaient la médecine naturelle, les soins par les plantes.

Ces femmes, car il s’agissait majoritairement de femmes, furent incarcérées, torturées, en même temps que les templiers. Ils furent pourchassés simultanément. Les premières, car elles faisaient de l’ombre à ceux qui commençaient à étudier la « médecine » , les seconds car ils étaient des adeptes de la médecine naturelle, et qu’ils étaient également les banquiers de l’état et qu’ils avaient acquis trop de pouvoir. Cette chasse s’est intensifiée et a continué bien longtemps après la disparition des croisés.

Les femmes ont peu à peu, et ensuite de plus en plus, été pourchassées. Parce qu’elles étaient « sage-femmes », mais aussi « faiseuses d’anges », elles conseillaient la population, trouvaient des solution pour résoudre les conflits…
Cependant, ce n’était pas tout. Ces femmes sages habitaient en retrait de la société. Elles vivaient volontairement isolées dans la nature qui était la source de leur inspiration, mais aussi de leur  magie. Elles vivaient en communion avec cette Terre Mère.

sorcièreEt cela dérangeait! Elles étaient incontrôlables. Les hommes de pouvoir ne savaient pas avoir main mise sur elles.
Ils ont donc, malgré leurs qualités, commencé à les pourchasser, les détruire.
Cependant, ces hommes, imbus de leur pouvoir nouveau ne se sont pas limités à cela. Il fallait briser la volonté féminine. Et vite!

Ils ont donc commencé à arrêter les femmes seules, celles qui héritaient, celles qui élevaient seules leur enfant, les veuves, toutes les femmes non soumises à l’autorité d’un homme.
sur le territoire de l’Europe, entre le 14e et le 18e siècle ; ce sont plusieurs centaines de milliers de personnes qui ont été assassinées. Un génocide quand on y pense.

Cependant, ce génocide là, personne n’en parle. Personne ne s’en défend, ni s’en excuse, même rétrospectivement.
Pour la simple et bonne raison ces hommes qui en ont été à la source étaient soient des hommes d’état, mais aussi et surtout  des ecclésiastiques.
Or, personne ne remettra jamais ce genre de décision en question.

Quand la sagesse se fond dans la nature…

La seule solution qui restait aux sorcières, était de se fondre dans la nature, de disparaître pour pouvoir survivre.
Or, le mal ne s’est pas arrêté pour autant.

Le pouvoir religieux a continué à s’acharner sur ces femmes, en détruisant leur image bien-veillante, et en la remplaçant par ce que maintenant tout le monde connait.
Dans la tradition, depuis cette époque, les sorcières sont tordues, elles ont le teint vert, un nez crochu, des verrues sur la face et j’en passe.
Elles sont méchantes, jalouses, détestent les petits enfants, leur font du mal, les mangent, leur suce leur jeunesse et leur force vitale pour pouvoir être éternelles.

Il suffit de regarder les contes européens, voir ce que la chrétienté à fait dans ces précieux textes, pour bien se rendre compte de la destruction consciencieuse de la sorcière.

sorcièresFort heureusement pour nous, les choses changent peu à peu. une « mère-veilleuse » écrivaine a commencé à retravailler les contes européens, pour les remettre dans ce qu’ils devaient réellement être. Clarissa Pinkola Estès, étant ethnologue, spécialisée dans les contes et légendes a lentement détricoté les images biaisées pour rendre son lustre à nos contes. Son livre, « Femmes qui courent avec les loups » a été a la base de mon travail qui allait couronner mon cursus de thérapeute en constellation familiale. Je vous encourage à le lire.

Durant des décennies, les sorcières sont restées dans l’ombre. Alimentant leur haine de celles et ceux qui avaient provoqué leur chute.
Elles ont cependant continué à travailler pour ceux qui en avaient besoin, mais se sont pour la plupart coupée de leur pouvoir de vie, pour devenir les sorcières noires que l’on peut encore retrouver un peu partout dans le monde.

Depuis cette noire période de destruction massive, une ombre sombre pèse sur le dos de ces femmes. Fort heureusement, la modification énergétique de la terre est en train de faire ressortir au grand jour celles qui sont les détentrices de la magie de la vie.

Résurrection ?

Depuis quelques années, la littérature, le cinéma diffuse une autre image des sorcières. permettant de réhabiliter peu à peu ce qu’elles sont, mais aussi de les faire remonter au grand jour.

Combien de fois, depuis que je suis petite, n’ai je eu envie de clamer haut et fort qui je suis ? Sans jamais le faire jusqu’ici y a peu.
En effet, je suis une Sorcière moderne. Je suis une magicienne de la vie. Je soigne le physique et le mental de mes patients. Je travaille avec les énergies les plus hautes, avec les énergies Archangéliques, mais aussi du Féminin Sacré, et je suis une sorcière.

Il y a longtemps que je le sais, car je suis une sorcière née. Mais il m’a fallu du travail sur moi pour arriver à me mettre en paix et guérir les souffrances que je porte en moi pour toutes ces femmes qui avant moi ont été torturées, détruites, séquestrées…

Me mettre en paix avec moi même m’a demandé de pouvoir avant toute chose, accepter ma part d’ombre. Car plus la lumière brille, plus les ténèbres sont fortes. On ne voit en effet pas la lumière si il fait grand soleil. On ne la verra que dans les ténèbres les plus denses.

sorcières

« Ce qui est en haut est comme ce qui est en bas » dira la Magie Divine, mais elle dira également que « tout existe parce que son contraire existe. » Vous comprendrez donc aisément que pour pouvoir reprendre mon entière place dans la Lumière, il m’a fallu aller au plus profond de mes Ténèbres.
De cette manière, la boucle est bouclée. Travailler sur soi, m’a permis de me pardonner, mais aussi de pardonner aux autres.

Tout comme je l’ai fait pour moi, je me suis peu à peu spécialisée dans les soins qui permettent d’aller à l’origine, guérir les lésions faites aux sorcières, mais aussi aux femmes. Cela permet, à tous ceux qui le souhaitent d’aller retirer les parts de nous en souffrance. Ces parts qui ont été réceptrices des « malédictions » de toutes ces femmes en souffrance.

Je suis persuadée que si l’on pouvait retourner dans nos lignées, nous aurions, tous et toutes un ou une ancêtre qui a été brûlé sur un bûcher. Or, cette âme torturée n’a pas été la seule à souffrir. C’est tout l’inconscient collectif qui porte ces plaies.
Ce sont tous les êtres humains qui entretiennent ces parts de souffrance.

Être sorcière aujourd’hui ?

Il est bien évidemment plus facile, voir confortable d’être sorcière à l’heure actuelle. Il suffit de regarder la presse, les médias, les blogs pour retrouver un tas de femmes qui osent clamer haut et fort ce qu’elles sont, ou ce qu’elles deviennent.

Au départ, j’avais tendance à dire « on ne devient pas sorcière, on l’est » ? Cette phrase est aussi bien vraie que fausse. En effet, je peux maintenant observer dans mon travail, l’émergence de la Magie, mais aussi de la capacité qu’acquiert l’être humain de se connecter à la Magie de la Nature.

Il y a donc à l’heure actuelle deux sortes de sorcières.
Celle qui sont, peu nombreuses, et qui sont comme moi des sorcières nées. Elles ont décidé, tout comme moi de reprendre leur place mais aussi d’ouvrir le chemin pour toutes les autres.
Il y a également et c’est un phénomène relativement nouveau, celles qui décident d’apprendre et de devenir à leur tour sorcières.

sorcièresCela est maintenant rendu possible grâce au changement de l’Energie de notre terre.
Nous recevons à l’heure actuelle une vague d’énergie telle, qu’il est essentiel pour nous pouvoir survivre, de nous aligner en augmentant notre taux énergétique.
Des scientifiques à travers le monde calculent le taux d’énergie de la terre, et ce taux qui a été stable depuis l’origine, est en montée constante. Pour que l’humain puisse survivre à cela il doit s’adapter. Notre corps se calque donc sur la montée d’énergie de notre terre, et nous augmentons à notre tour notre taux énergétique.

C’est donc à partir de ce moment que certaines personnes éveillées ont ressenti l’appel et eu le besoin de s’intéresser à la Magie. Bien entendu, des écrivains populaires tels que J.K. Roling et son Harry Potter ont bien sûr permis l’explosion de nouvelles consciences sorcières.

Etre sorcière en 2019 ?

C’est donc s’intéresser à tout ce qui nous entoure, avoir une conscience étendue qui nous permet de respecter tout type de vie. C’est respecter autant les animaux que les plantes ou les humains. Avant de pouvoir ouvrir sa conscience sur ce qui nous entoure, être une sorcière nécessite un travail sur soi. Un travail constant. Comme je le disais, cela nécessite d’aller guérir en nous les parts blessées. En nous guérissant nous même, nous nous octroyons la possibilité d’allers guider et soigner les autres.

Etre sorcière, c’est accepter d’être entre les mondes. C’est accepter d’être le médiateur. Il est pour cela primordial de réfléchir à chacun de nos actes ou actions, car être sorcière, c’est aussi accepter de  ne pas porter tort à autrui.

La magie est simple, et pourtant elle est exigeante. Tout a toujours un prix. Si nous effectuons un rituel alors que nous n’avons pas songé aux conséquences, nous subirons en retour l’énergie qui aura été amplifiée par le récepteur. C’est ce qu’on appelle communément le choc en retour. Ce choc en retour n’est pas un fantasme. Il est bien réel.

Je peux partager avec vous mon expérience dans le domaine.
sorcièresJ’ai été durant des années, victime d’actes de magie noire de la part de mon ex belle-mère. Etant forte, ce n’est qu’à l’usure que les effets se sont faits sentir. Quand j’ai décidé de changer de vie, de quitter mon ex mari, mon champs d’énergie était au plus bas. J’étais anorexique, et n’avais plus le gout de vivre. Jusqu’au moment où j’ai rencontré un merveilleux médium qui m’a guidée, aidée, et permis de prendre conscience de ma réelle puissance. Je me suis donc reliée à la Magie, et ai fait un rituel qui me permettait de renvoyer à son expéditeur ce que depuis des années je supportais.

J’ai donc commencé à aller de mieux en mieux. Par contre, celle qui était à l’origine de mes soucis de santé à eu le choc en retour décuplé. Elle a passé 15 jours à l’hôpital, entre la vie et la mort. Mes enfants retrouveront ensuite dans ses affaires des écrits dans lesquels elle me souhaitait ce qu’elle avait reçu en retour.
Depuis lors, je suis en paix avec elle. Je ne lui veux aucun mal. Au contraire. Grâce à ce qu’elle m’a fait, je suis devenue puissante. Elle m’a permis de prendre toute ma place. Pour cela j’ai beaucoup de gratitude.

Comme vous le voyez, il est important de sortir rapidement des sentiments les plus lourds, tels que la peur, la colère, l’envie, la jalousie.
Etre sorcière, c’est aussi faire taire son égo, c’est lâcher prise par rapport à tout ce qui nous titille, et contre lesquels nous ne pouvons rien. C’est aussi accepter le fait que l’argent est une énergie comme une autre, que nous pouvons l’utiliser, mais pas en faire une fin en soi.

Etre sorcière c’est pour ma part, devenir SAGE. 
Cette sagesse est venue chez moi avec l’âge. Je n’ai aucun remord, je n’ai aucun regret.
Etre sorcière, c’est aussi et surtout accepter que l’on ne peut parler de ce que l’on est, avec tout le monde. Parfois même nos proches ne peuvent concevoir qui nous sommes et pensent que l’on est quelque part des « doux-dingues ».

sorcièresIl y a un adage qui dit que nul n’est prophète en son pays, et c’est vrai. Etre sorcière c’est avoir la sagesse de savoir quand parler et quand se taire. C’est savoir que nous recevons des informations qui ne sont pas perceptibles par le commun des mortels. C’est accepter que l’on reçoit des dons qui nous permettront d’agir dans le visible, mais aussi dans l’invisible. Car être gardienne de l’entre deux mondes, c’est ça aussi… pouvoir agir sur ce qui est visible, mais aussi invisible. C’est guider tant les humains qui en font la demande, que les âmes qui viennent à nous.

Être Sorcière, c’est aussi accepter qu’on est une femme, que cette femme a droit a avoir une place de choix. Qu’elle ne doit plus être reléguée à un rôle annexe. Être cette femme, c’est accepter de se mettre en paix, tant avec soi même qu’avec les autres. C’est accepter de faire la paix. De voir notre coeur s’ouvrir, et d’en prendre soin avec amour et douceur. A l’heure actuelle, la femme et la sorcière sont intimement liées. Elles ont encore besoin l’une de l’autre. Mais plus tard, elles pourront reprendre leur chemin personnel. Sans qu’il n’y ait plus de danger.

Dans mon cabinet de soin, je rencontre aussi bien des femmes que des hommes.
Tous sont en souffrance, de la même manière. En effet, nous descendons tous, quel que soit notre sexe, d’une femme, qui descend d’une femme, qui descend elle-même d’une femme, et ainsi de suite jusqu’à l’aube des temps, sans interruption.
Il est donc de notre devoir à tous d’aller guérir ces femmes qui, dans nos lignées ont souffert de ces années sombres de persécution et de destruction. Cette guérison est primordiale car elle apaisera les cris de souffrances qui sont en nous, intégrés dans notre ADN. Ces cris de supplices de toutes ces femmes qui ont été persécutées simplement parce qu’elles étaient femmes et différentes.

Mais en soignant ces lésions profondes, nous pouvons aussi nous mettre ne paix avec ceux qui ont persécuté ces femmes. Ceux en qui la haine de la Femme était telle que tout sentiment d’humanité avait disparu.
Tous ces persécuteurs ont été les artisans de la destruction en surface de ce qui a de plus sacré en la femme.
J’aime dire en surface, car fort heureusement pour nous, l’humain est ainsi fait, il s’adapte pour survivre. Les femmes de savoir se sont donc enfoncées dans l’inconscient collectif, avec ce qu’il y a de plus sacré. La flamme Divine.

A l’heure actuelle, cette flamme remonte. Cependant les siècles d’obscurantisme et de pouvoir masculin, ont la vie dure. Partout dans le monde, des femmes se lèvent, elles osent affronter la vindicte masculine, mais aussi le pouvoir patriarcal et le pouvoir masculin en général.

Chaque jour, à travers le monde, des femmes meurent pour défendre cette volonté de se ré-approprier leur corps, leur féminité, mais aussi leur pouvoir.
Pour nous, mais aussi pour ces femmes, il est important de nous libérer de nos bagages de souffrance.

Y arriver seules, n’est vraiment pas aisé. Il est important, à l’heure actuelle de réveiller le sentiment de « sororité » qui va nous permettre nous les femmes, de ressentir l’appel des autre femmes et de nous relier à elles. Il est l’heure pour nous toutes de nous ouvrir et de nous relier. Des groupes de femmes sont occupés à éclore un peu partout dans le monde. Ces groupes permettront à l’humanité d’aller mieux. Ils permettront aux femmes de se sentir plus fortes et surtout en sécurité. C’est l’heure du réveil des « tentes rouge », des covens de sorcières, des groupes de parole pour les femmes, et j’en passe encore beaucoup d’autres.

Si j’en avais les moyens, j’aimerais lancer un appel à l’humanité toute entière. Leur rappelant à tous que sans une femme, ils ne seraient pas ici bas. A tous ces hommes, qui abusent de leur pouvoir d’homme, pour nier la femme dans ce qu’elle est de plus précieux, j’aimerais leur rappeler que sans une femme pour les porter, pour les mettre au monde, les nourrir, les aider à faire leurs premiers pas, ils ne seraient pas là.

sorcièresMalgré les difficultés, j’ai foi en l’être humain. J’ai envie de croire qu’il peut s’améliorer. Occupons nous un peu plus de nous même au lieu de concentrer notre attention sur la violence extérieure. Tout ce qui est  autour de nous, est projection de notre peur, de nos égos. Apprenons à nous contrôler, à évincer nos pulsions. De cette manière, c’est le monde autour de nous qui se portera mieux.

Bien sûr, toutes les femmes ne sont pas bonnes, pas plus que tous les hommes mauvais. C’est juste que certains ne sont pas encore aptes à se relier à leur sacralité. Apprenons à ne pas jeter la pierre à l’autre. Faisons chacun notre examen de conscience qui nous permettra de cette manière, d’agir en premier lieu sur nous même.

En cette fin d’année, je voudrais vous souhaiter de vous mettre en paix avec le pouvoir féminin qui est en vous tous. Je vous souhaite d’honorer les sorcières, les magiciennes, les enchanteresses, les chamans, les guérisseuses, qui ont marqué vos lignées de leurs discrètes pierres blanches. A travers leurs existences, c’est votre magie qui est honorée. Elles ne sont plus pour la majorité d’entre elles que des ombres du passé à qui l’on  ne sait même plus donner de nom. Leurs identité à été niée mais leur force vitale est toujours bien présente.

Profitons de cette fin d’année pour reconnaître leur combat, leur légitimité. Les reconnaître nous permettra d’être enfin en paix.
Pardonner leurs malédictions de souffrance, nous permettra de  nous pardonner et de nous libérer.
Pardonner ceux qui les ont torturées nous aidera à nous pardonner également.

Lire la suite

Publicités

2019, ta bonne année !

Voilà, l’année commence et la tradition veut que l’on s’échange des cartes, se souhaitant le meilleur pour cette année nouvelle. C’est pourquoi je vous offre une carte.
Mais n’importe quelle carte, la vôtre !
La carte de tarot qui accompagnera vôtre année.

2019, tous sous le signe du Pendu!

Cette année, la réduction numérologie nous offre une vibration en 12.2+1+9 =12, soit en tarologie , le pendu.

LE PENDU de par sa position renversée, nous demande une autre vision des choses qui nous entourent. Renversement de situation comme de point de vue. Le pendu est l’arcane du renoncement et du lâcher prise. Il nous demande de nous vider du connu pour mieux nous remplir.

Nous sommes menés par notre inconscient et tout notre travail consiste à faire confiance et simultanément prendre conscience des forces qui nous manipulent pour les identifier et les faire ainsi exister. Le pendu nous demande d’aller vers l’humilité, pour ce faire…
Le Pendu conseille de passer les épreuves en souriant, en s’amusant et de ne pas perdre son énergie en inutiles angoisses. Il conseille de relever le défi, d’accepter le revirement de situation nécessaire à son évolution personnelle.
Encore une Lame à la mauvaise réputation, tout à fait injustifiée. Elle fait peur, réveille des craintes de toutes sortes, alors que c’est un Arcane de la confiance par excellence. Sa question : « Est ce que je me fais confiance, ai-je foi en la Vie ? »
12 = 1 et 2 : moi et l’autre. Comment je me comporte dans une relation, est ce que je l’aborde avec assurance, suis-je en état d’accorder ma confiance ?
1 + 2 = 3 : l’Impératrice qui fait descendre l’Esprit dans la matière, la clairvoyance, la vision haute.
L’Esprit qui peut nous guider et par lequel nous pouvons nous laisser aiguillonner en toute sécurité.
Car le Pendu est en lien avec la lettre hébraïque Lamed, l’aiguillon.
Il est attaché par le talon d’Achille, son point faible : à qui, à quoi sommes-nous trop attachés ?
C’est dans les domaines où nous sommes les plus liés que la Vie viendra nous éprouver et si nous résistons, nous perdons notre Force.

D’où la nécessité de conscientiser de qui où de quoi nous sommes trop dépendants.

Lâcher prise ou l’emprise, mettre de la distance, prendre du recul, voir la situation sous un autre angle, relativiser, et se détacher de nos attaches, de nos jeux de rôles, et de nos conditionnements, auxquels nous sommes appelés à ne plus nous identifier.
Nous libérer de nos fidélités familiales, de nos mémoires ancestrales, et ne plus nous perdre dans les personnages que les autres nous ont imposé ou que nous avons mis en scène nous-même, dans ce grand théâtre de la Vie où nous sommes à la fois acteur, spectateur et metteur en scène.
Le mental conscient, illuminé et nourri par la Source va nous permettre de rester dans l’auto-observation permanente, d’assister à notre propre jeu et de le voir d’un autre point de vue.
Le mental détaché laisse à l’Âme la possibilité d’être aux commandes.
Même suspendu la tête en bas, le Pendu n’a pas l’air malheureux, sa jambe est croisée avec désinvolture dans un mouvement qui préfigure déjà la posture du personnage dans la Lame de l’accomplissement, le Monde. Sa confiance, sa foi et sa reliance lui permettent de se nourrir à la Source (représentée par la couleur verte) et ses cheveux bleus (élément yin) sont d’ailleurs des capteurs de cette énergie.
La Source ne nous laissera jamais tomber car l’Univers prend soin de chacune de ses créatures.
Il n’y a que nous qui puissions rompre ce lien.
Et si nous retournons la Lame, le fil devient racine, le Pendu peut ainsi facilement décroiser les mains et les jambes. Il n’est plus un pantin mais un acrobate qui prend conscience de ses « singeries » (les diablotins de la Roue de Fortune), qu’il met à la Lumière, et alors il pose la main sur la manivelle.
Cette Lame invite à nous poser, à nous reposer, à prendre le temps de nous rééquilibrer et à ne pas confondre la patience avec la résignation.

2019, une lame pour chacun de nous

Selon ce même principe de la numérologie, tu vas procéder au calcul de la vibration de ton année.

Il suffit d’additionner le jour et le mois de ta naissance et d’ajouter 2019.
Pour une personne née le 27 avril par exemple (genre moi) , ça donnera : 2+7+4+2+1+9 = 25 Il n’existe que 22 arcanes majeurs, une réduction s’impose : 2+5=7 : le Chariot

07 Chariot

Cette année je vibre en 7 avec l’arcane de la Réussite, Chance, Gain, Déplacement, Mutation…

Et oui, j’ai envie de déménager! Et les astres vont me soutenir dans ce projet, je le sais

LE CHARIOT vous invite à prendre un départ triomphant et à dompter vos impulsions et vos craintes pour enfin marcher dans une direction choisie avec discernement, sagesse, enthousiasme et optimisme.
Cet Arcane apporte succès et bonheur, aisance et parfois richesse si on fait preuve de patience, de volonté et de maîtrise de soi.
Arcane du triomphe, de la réussite, du succès ! On a été courageux, persévérant et nos efforts payent enfin. Tout bouge vers la réussite. Il faut aller jusqu’au bout, ne pas hésiter, la persévérance paye, on est sur le bon chemin. Ce n’est pas le moment de s’endormir sur ses lauriers. On est poussé par des vents favorables. La chance est avec nous. Il y a du mouvement à prévoir, des déplacements, des voyages, peut-être même un déménagement. On ne reste pas assis, beaucoup de mouvements s’annoncent.

Connecté aux courants matériels, le Chariot représente le mouvement, la conquête. La septième lame du tarot signifie aussi bien victoire sur le plan matériel, réussite sur le plan humain, que propagande par la parole.

Son symbolisme oblige l’être à un mouvement perpétuel. Ayant terminé son initiation en tant qu’humain, le Chariot, dénué de doutes et d’aléatoires, porte la couronne du triomphe, car il avance vers une nouvelle existence. Son sens de l’initiative et de l’action lui donne la possibilité d’aider les autres. Le Chariot évoque également le fils.
Sa symbolique positive : Le Chariot était retenu par l’Amoureux de la 6ème lame ! Nous constatons qu’il est ici auréolé de gloire, couronné, comme si les doutes d’hier faisaient maintenant partie du passé.
Nous voyons ici représentée la symbolique de la réussite et de la mutation. Cela signifiera la fin des incertitudes, la marche en avant vers un avenir meilleur.
Le Chariot est incontestablement une carte positive dans la mesure où elle reflète le dépassement de soi-même.
Et pour toi?
Quelle est ton arcane?
Dis le moi en commentaire.
Et dis moi comment tu là sens, ta nouvelle année.
Et pour t’aider,voici le lien vers le merveilleux blog de de Walter Boralis, Le secret des Tarots, qui te dira tout sur ton arcane.

Je te souhaite une excellente année 2019.

11

cropped-course.jpg

L’alchimie selon les Hopis

Je ne suis pas une fan du chamanisme. J ai trop de respect pour les peuples dit fossils pour prétendre pouvoir maîtriser leur art des plantes et rêves en quelques stage.

Nos traditions, notre culture recèlent les mêmes savoirs et pouvoirs, plus intelligibles en terme de symbole et mieux adaptées à notre environnement naturel.

Pourquoi se ruiner en sauge amérindienne alors que la cade/genièvrier nous offre le même effet magique? 😉

Sans doute est il plus politiquement correct de se revendiquer chamane que sorcier.

Pour ma part je préfère voir les similitudes et m émerveiller devant l’unité de l essence humaine .

Comme ici, avec ce joli conte Hopi qui nous parle de transformation à venir.


La création a dit :

« Je veux cacher quelque chose aux humains jusqu’à ce qu’ils soient prêts.

C’est la réalisation qu’ils créent leur propre réalité. »

L’aigle a dit,

« Donne-le-moi. je l’emmènerai sur la lune. »

Le Créateur dit : « Non. Un jour, ils iront là-bas et le trouveront. »

Le saumon a dit,

« Je l’enterrerai au fond de l’océan. »

Le Créateur dit : « Non, ils iront là aussi. »

Le buffle dit : « Je l’enterrerai dans les Grandes Plaines. »

Le Créateur a dit : « Ils couperont la peau de la terre et la trouveront même là. »

Grand-mère qui vit dans le sein de la Terre Mère,

et qui n’a pas d’yeux physiques mais qui voit avec des yeux spirituels, a dit

« Mets-le à l’intérieur d’eux. »

Et le Créateur dit : « C’est fait. »

(Histoire de la création de la Nation Hopi, Arizona

Les arbres qui soignent

Je vais prochainement participer à un atelier sur les arbres médicinaux  (le 25 novembre à Carqueiranne, pour celles et ceux que ça intéressent)

C’est le moment idéal pour réviser un peu sa magie verte…
Il y a bien sur ce petit ouvrage à feuilleter en ligne

 

 

Et tous mes précédents articles ( Ginko, cade, millepertuis, hélichrise, mimosa, ross et autre…). Et pour compléter :

 

La Magie des arbres

 

L’abricotier 
Symbolique: Nourriture des Dieux.Passion.Sensualité.
Légende: Associé à la planète Vénus,il aurait le pouvoir d’éveiller la passion et le désir charnel
En Andalousie, les femmes qui ont mis sous leurs jupes des fleurs et des feuilles d’abricotiers deviennent irrésistible.
Dans le langage floral: Sensualité et désirs passionnés.
Vertus médicinales: Il donne un excellent fruit ,trés tonique, et nombreux sont ceux qui lui doivent leur santé et leur longévité. Les peuples des montagnes d’Asie se nourrissent beaucoup d’abricots et les médecins se sont aperçu qu’ils détenaient le record de longévité humaine. 

L’acacia 
Symbolique: Symbole de renaissance et d’immortalité pour les premiers chrétiens (arbuste au bois dur et imputrescible, fleurs couleur du sang et du lait, épines redoutables)
Les branches de l’acacia illustrent à la fois la mort et l’ ancienne connaissance disparue que les Maîtres doivent retrouver.
accaLégende: La couronne du Christ était en Acacia, il est pour cela un symbole de victoire spirituelle.
La légende dit aussi que l’arche de Noé était en Acacia recouvert d’or.
Méditer sous cet arbre:Ainsi on peut s’adresser à un acacia et y puiser un renouveau de force et de courage lorsque l’on est confronté aux difficultés 
Dans le langage floral:Les fleurs d’acacia désignent l’amour platonique.
Vertus médicinales:L’acacia est aussi connu pour ses vertus toniques, diurétiques, et pour son effet contre les calculs biliaires.

 

L’ajonc (arbuste)
Symbolique:Il symbolise le renouveau, la promesse d’une nouvelle croissance, le délicat équilibre entre le jour et la nuit.

Légende:Au moyen-age les ajoncs repoussaient les sorcières qui les avaient en horreur car ils représentaient la clarté opposée aux ténèbres. C’est la raison pour laquelle les gens apeurés chassaient ces femmes redoutées en agitant des ajoncs au-dessus de leur tête, et en frappant le sol tout autour de leur maison ou de leur cabane lorsqu’ils vivaient en forêt.
Méditer sous cet arbre:Prés des ajoncs on peut méditer efficacement sur le passage de la nuit vers le jour, c’est-à-dire de l’espérance d’une illumination qui doit demeurer quoi qu’il arrive dans le cœur des hommes.
 Vertus médicinales:L’ajonc est connu pour ses vertus émollientes et sédatives.

L’amandier 
Symbolique: Symbole de fragilité (feuilles sensibles au gel tardif) et de renaissance printanière.Au début du printemps, l’amandier est le premier arbre qui fleurit, bien avant même d’avoir du feuillage. 
Dans les textes bibliques, l’amandier est souvent auréolé de facultés bénéfiques. 
Dans les chants des troubadours, la fleur d’amandier était subtilement associée à la pureté cathare.
Symboliquement, l’amande (le fruit) représente également la part divine de l’homme.
Légende:Chez les Grecs l’amande pressée était « la semence de Zeus » qui apportait la puissance magique et créatrice, la floraison précoce de l’amandier représentait la grâce exquise d’un amour virginal. (La légende disait que le fruit de cet arbre divin pouvait féconder une vierge sans union sexuelle)

Autre légende: Héra transforma Phyllis, princesse éplorée en amandier et quand son amant de retour embrassa le tronc ses larmes donnèrent les fleurs..
Au moyen-age encore la tradition colportait qu’une vierge qui s’endormait sous un amandier en rêvant à son fiancé pouvait se réveiller enceinte.

Méditer sous cet arbre: La méditation auprès d’un amandier apporte la capacité de s’ouvrir au monde extérieur sans crainte et de recevoir avec bonté et amour ce qu’il peut apporter.
Dans le langage floral: Par contre, les fleurs de l’amandier désignent l’étourderie et les esprits superficiels.
Vertus médicinales: Trés nombreuses: vermifuges, laxatives, calmantes, émollientes, diurétiques et purgatives. L’amandier permet aussi de lutter contre les affections pulmonaires, la coqueluche, l’insuffisance hépatique, la toux et les maux de gorge. 
Le lait ou l’huile d’amande douce est réputé pour tonifier et purifier l’épiderme, chasser les dartres ,il apporte la beauté. (cosmétologie)

http://data.abuledu.org/URI/504e3b0a

 

L’aubépine 
 La légende lui attribue divers pouvoirs magiques: détourner la foudre, éloigner les serpents, conserver la viande ou le lait. (C’est pourquoi elle était souvent plantée auprès des fermes et étables)

Vertus médicinales: C’est un excellent tonique du cœur et de la circulation sanguine

 

 

Le bouleau 
Symbolique: Symbole de pureté, de douceur et de délicatesse (les shamans de Sibérie grimpaient dans ses branches pour se rapprocher du Ciel).
De nos jours, un bouleau dans un jardin apporte calme et sérénité par la couleur harmonieuse de ses feuilles toujours agitées par le vent. 
Légende: Le bouleau était utilisé pour apaiser les agités et les aliénés que l’on fouettait avec ses branches. C’est aussi dans l’espoir de chasser ce qui est néfaste, que l’on flagellait les condamnés du Moyen Âge avec ses branches.Puis les exorcistes l’ utilisèrent ensuite en décoction, car ils assuraient qu’il faisait s’enfuir les démons.
Le bouleau était l’un des sept arbres sacrés du bosquet des druides. 
Parfois appelé « Arbre de la sagesse », symbole de connaissance druidique, on surnommait aussi le bouleau « Sceptre des maîtres d’école », parce qu’avec son bois on fabriquait les baguettes servant à punir les cancres. 
Méditer sous cet arbre:mieux accepter sa vie,assumer les changements, se réconcilier avec ce que l’on est,adoucir ses pensées.(Le bouleau aide à se réconcilier avec l’ego et à réconcilier le masculin et le féminin) 
S’asseoir sous un bouleau, c’est pénétrer dans une atmosphère aimable et apaisante. C’est un rappel que la vie n’est pas seulement faite de luttes, mais peut être également douce et harmonieuse.
Dans le langage floral:Bienveillance vis à vis de soi et des autres.
Vertus médicinales:La médecine des plantes utilise ses feuilles, bourgeons et son écorce que l’on distille pour en extraire une huile essentielle. Le bouleau est retenu comme antiseptique, dépuratif, cholérétique, cicatrisant, diurétique. Au Moyen Âge on utilisait le bouleau pour soigner les plaies, les ulcères et les calculs rénaux. Propice aux reins et à la vessie. On lui prête de nombreuses autres vertus thérapeutiques, d’autant qu’il vit en symbiose avec l’amanite muscaria ou amanite tue-mouches, champignon « magique » que l’on appelait aussi la nourriture des Dieux (et avec lequel les chamans se droguaient). Il est encore cité pour combattre les œdèmes, la goutte et l’arthritisme, l’hypertension aussi bien que la cellulite et l’obésité, les éruptions cutanées et l’artériosclérose.

 

Le châtaignier 
Symbolique:C’est un symbole de vérité, de vigueur , de générosité et de justice.(Parfois dure et sévère)
Légende:. Importé en France par des moines d’Asie Mineur (Liban) qui en plantèrent dans les Cévennes puis en Bretagne, il sauva les populations de la famine. 
À cause de ses feuilles dentelées en forme de lance, les Celtes l’ont comparé à un guerrier incorruptible, il symbolisait pour eux l’inflexibilité des lois célestes et terrestres, la justice des dieux et des hommes. 
Méditer sous cet arbre:pour trouver un équilibre dans ses pensées et ses actes et par conséquence dans la société. 
Dans le langage floral: les fleurs du châtaignier désignent la justice et l’équité. 
Vertus médicinales:Le châtaignier est utilisé pour lutter contre l’anémie, la coqueluche, la toux, les diarrhées et les fièvres. On conseille les châtaignes comme reminéralisant et tonique ( favorable à la circulation sanguine).

Le chêne 
Symbolique:Source inépuisable de force et de générosité. Symbole de majesté et attirant la foudre,c’est l’arbre sacré de la plupart des traditions.
Pour les Grecs et les Celtes, le chêne représentait la force invincible et la longévité.
-Force généreuse et solidité.
-Communication entre le ciel et la Terre 
Légende: Abraham reçut les révélations de Yahvé auprès d’un chêne.
Les Dryades (ou Nymphes du chêne) vivaient dans une forêt de chênes qu’elles protégeaient des emprises sacrilèges. Elles étaient aussi robustes que ces arbres dont elles épousaient la forme. Parfois, l’une d’elles se mariait avec un humain, telle Eurydice qui épousa Orphée. A leur côté vivaient les Hamadryades qui demeuraient sous l’écorce du chêne qu’elles choisissaient comme résidence. 
C’était un arbre oraculaire dans lequel les dieux parlaient, où les druides cueillaient le gui sacré et dans lequel Héraclès tailla sa massue invincible. 
À Dodone, en Grèce, se tenait près d’un chêne un oracle qui dans le bruissement des feuilles décryptait les messages de Zeus.chene
Suprême honneur, Zeus transforma Philémon en chêne afin de le remercier de sa piété.
C’est aux branches d’un chêne que l’on suspendit la toison d’or. 
C’est sous un chêne encore que Saint Louis, dans la forêt de Vincennes écoutait les doléances de ses sujets et rendait justice. L’arbre lui communiquait sa sagesse.
Jeanne d’Arc, pendant sa jeunesse, écoutait les voix célestes qui se faisait entendre dans le chêne des fées qui trônait au centre du village de Domrémy. 
Emblème de l’hospitalité pour les Celtes qui l’adoraient tels les Grecs comme le temple vivant où demeuraient les nymphes.C’est pourquoi les bûcherons devaient être prudent lorsqu’ils coupaient un chêne.Le chêne était l’un des sept arbres sacré du bosquet des druides.
Méditer sous cet arbre:Caresser lentement l’écorce d’un chêne permet de recevoir son énergie qui pénètre lentement le corps par les doigts.
 
Vertus médicinales:Usages médicinaux nombreux: Ecorce astringente,hémostatique et antiseptique.Le chêne est reconnu pour ces vertus permettant de lutter contre les angines, durillons, hémorroïdes, plaies de toutes sortes, engelures, diarrhées, énurésie, leucorrhée, problème du tube digestif et tuberculose.
Les glands étaient utilisés jadis en nourriture dans les temps de la disette.

 

Le chèvrefeuille (arbuste) 
Symbolique:Symbole de l’initiation puis de chasteté et d’innocence( Fidélité respectueuse envers l’être aimé).
Légende:Pour les Celtes, le chèvrefeuille désignait quelqu’un ayant reçu un enseignement druidique. 
Le chèvrefeuille fut pendant des siècles la parure des jeunes filles. En Bretagne, à l’attention des prétendants les jeunes filles déposaient devant leur porte des bouquets de chèvrefeuille afin de leur signaler qu’elles avaient déjà un fiancé ou qu’elles étaient encore vierges
Méditer sous cet arbre:Bien qu’il ne s’agisse pas d’un arbre, un plan de chèvrefeuille contre un mur du jardin, ou simplement une feuille de cette plante dans une demeure apporte un peu de son énergie, incitant à la méditation et à l’étude.
Dans le langage floral: les fleurs de chèvrefeuille désignent les liens d’amour qui unissent deux êtres.
Vertus médicinales:

6f45e1_c1ce72755b5c4b458df4b51360083e2a_mv2.jpgle cyprès 
Symbolique:Arbre sacré pour sa longévité et sa verdure persistante, on l’a surnommé « Arbre de vie »
Pourtant chez les Grecs et Romains il est en relation avec l’enfer et ses divinités, c’est l’arbre des mondes souterrains. (Et pour cela il est souvent planté dans les cimetières des pays méditerranéens)
  Vertus médicinales:Freine le système parasympathique et stimule les oestrogénes.

 

L’églantier (rosier sauvage) (Arbuste) eglantier
Symbolique:Toutes la magie de cet arbuste tient dans le fait que, malgré des fleurs qui ne durent qu’une journée, il reste fleuri plusieurs semaines.Ainsi la floraison de cet arbre manifeste l’ouverture sans cesse renouvelée.:
 L’églantine encourage l’expression de soi, de son vrai soi profond, afin de promouvoir des relations plus ouvertes. C’est par l’ouverture à soi que l’on peut s’ouvrir aux autres.
Dans le langage floral: Symbole de féminité et de grand amour.
Vertus médicinales: Sirops,tisanes,essences,vins,confitures et huile essentielle réputée.Nombreuses applications culinaires,cosmétiques,aromatiques,médicinales(cicatrisation). 

 

L’érable 
Symbolique: Indépendance et liberté.
Légende: Pour les druides, une bonne étoile veillait sur la destinée de leurs protégés car l’érable était le messager des dieux. Ceux-ci parlaient aux hommes dans le souffle du vent agitant les hautes branches de l’arbre.
Ils utilisaient sa sève comme breuvage destiné à calmer les esprits impulsifs et violents.On assurait que cette potion, mélangée avec d’autres sucs végétaux, avait également la capacité d’apaiser les inflammations de toutes sortes.
C’est un érable immense qui dominait la fontaine de Barenton dans laquelle Merlin l’Enchanteur venait puiser des gobelets d’eau pure. 

Méditer sous cet arbre: saura regonfler les esprits lassés des multiples épreuves de l’existence. 
Dans le langage floral:les fleurs d’érable désignent la réserve et le sens de l’observation.
Vertus médicinales:l’érable est connu pour soutenir les traitements contre l’asthénie, les affections pulmonaires, les rhumatismes, et pour redonner du tonus aux convalescents, car son énergie est puissante et dynamique. Le sirop d’érable est un excellent reconstituant. 

L’eucalyptus 
Symbolique: Purification
Légende: On brûlait ses feuilles dans les pièces afin d’en chasser les mauvais esprits ou les miasmes et puantes odeurs.
Méditer sous cet arbre: On méditera sous son ombrage, à l’abri de sa splendide puissance, de ses feuilles pointues, en humant son fort parfum, et on se laissera pénétrer par son énergie (qui chassera les stress et soucis de la vie quotidienne).
Vertus médicinales: l’eucalyptus est connu pour combattre les affections pulmonaires, les problèmes des voies respiratoires, les migraines et les rhumatismes, les brûlures.

Le figuier 
Symbolique: Volonté de survie,mais aussi générosité et richesse naturelle.(le figuier s’accroche dans le moindre creux de rocher, la moindre fissure pour y puiser l’eau nécessaire à sa survie). 
Légende: Le bouddhisme raconte que Vishnou naquit à l’ombre des branches d’un figuier et fut nourri par l’abondance de ses fruits.
Cérès, déesse des moissons, offrit un jour un figuier à un Athénien qui lui avait offert l’hospitalité.
Selon Horace,le figuier à donné son nom au foie, ficatum, depuis qu’un éleveur romain nommé Agicius engraissa ses oies avec des figues pour obtenir un foie gras au goût particulièrement apprécié des nobles romains.
Méditer sous cet arbre:L’homme peut y voir une analogie avec le courage, l’intelligence et la volonté qu’il est nécessaire de déployer pour vivre et réussir son expérience sur la terre. 
 
Vertus médicinales: Le figuier est connu pour les traitements contre les affections pulmonaires, la toux, les troubles de la circulation sanguine, les hémorroïdes et les varices.
Il fait aussi office de caille-lait et de purgatif. 

 Le frêne 
Symbolique: Symbole de solidité puissante (on en faisait des lances) et d’immortalité (en Scandinavie)
Légende:Au printemps il reste longtemps dénudé et en automne est le premier à se dépouiller de ses feuilles. (D’où certaines légendes ironiques…)
 
Vertus médicinales: Si on l’excise il délivre une sève sucrée ,la manne, favorable aux enfants, convalescents et femmes enceintes.

Le hêtre 
Symbolique: Le hêtre symbolise la confiance, la patience et la douceur, une forte vitalité empreinte cependant de raffinement, de joie et de féminité
Légende: Pour les druides d’Irlande, il représentait la connaissance écrite, symbolisée par des signes. Le mot anglais book vient d’un mot gothique signifiant lettre, rattaché au mot beech, hêtre, dont on se servait pour faire les tablettes à écrire. (Hêtre était ainsi un synonyme de littérature) hetre.jpg
Méditer sous cet arbre: Le hêtre aide à se voir plus positivement et à trouver de la confiance ,il limite la perméabilité aux émotions des autres et apporte le calme nécessaire pour aborder le tourbillon de la vie.Il apporte la sérénité et la patience. 
Dans le langage floral: les fleurs du hêtre désignent la prospérité et le succès en société.
Vertus médicinales: La créosote, un goudron qui provient de son bois, découvert en 1832 par Reichenbach et qui est connu comme un antiseptique puissant.
Le hêtre est connu pour ses vertus contre les affections pulmonaires, les fièvres, les rhumatismes, le paludisme et les parasites intestinaux, et pour soutenir les traitements contre les dermatoses et la tuberculose. 

L’if 
Symbolique: l’éternité et la continuité des cycles de vie 
Légende:L’if fut longtemps utilisé pour fabriquer des arcs, des flèches, des lances et des boucliers. Nos ancêtres s’en servaient dans la confection des massues et des fléaux d’arme, tandis que les druides taillaient leurs baguettes dans ses branches.C’est sur son bois que l’on inscrivait les oghams (runes), tandis que l’on empoisonnait les pointes de flèches avec sa sève.
C’était l’un des cinq arbres magiques de l’ancienne Irlande.
L’If de Ross était un arbre merveilleux dont les fruits donnaient la Connaissance à tous ceux qui en mangeaient, après une quête aussi longue que périlleuse telle celle des chevaliers de la Table Ronde… 
Méditer sous cet arbre: apporte la sérénité et l’acceptation des grands cycles de vie et de mort.
Dans le langage floral:, les fleurs de l’if désignent la tristesse terrestre,donc passagère, mais aussi l’espérance de la vie qui ne s’interrompt jamais. 
Vertus médicinales:L’if est surtout connu pour ses vertus diurétiques et astringentes mais sa sève et ses fruits sont toxiques. 

Le noisetier (ou coudrier) 

Symbolique: La noisette symbolise la sagesse c’est pourquoi le noisetier est associé au puits et à un enseignement caché, difficile d’accès. C’était le bois des baguettes (magiques) des druides et des bardes. 
Légende:si l’on dormait sous ses branches, il arrivait que l’on fasse des rêves prophétiques. C’est pour cela que les sourciers se servent de ses branches comme baguettes pour découvrir des sources cachées sous la terre.
Le noisetier est associé aux puits et est souvent planté non loin d’eux, afin d’en assurer la protection. 
Dans la mythologie celtique, le noisetier était le gardien de la source des sciences. 
Les licornes et les fées, initiatrices de l’enseignement druidique, se cachaient dans ses branches.Le noisetier était l’un des sept arbres sacrés du bosquet des druides.
Une ancienne coutume bretonne voulait que l’on place une corbeille remplie de noisettes sous le lit des jeunes mariés afin que leur union soit féconde. 
Méditer sous cet arbre:La méditation près d’un noisetier portera sur la connaissance et le savoir, l’expérience dont on tire des fruits, et la manière dont on doit s’ouvrir afin de recevoir de nouvelles connaissances. 
Dans le langage floral:Les fleurs du noisetier désignent le désir et la capacité de réconciliation.
Vertus médicinales:La médecine des plantes lui emprunte son écorce, ses chatons, ses feuilles et ses fruits.Le noisetier est connu pour ses vertus dépuratives, diurétiques, antihémorragiques, astringentes, cicatrisantes et fébrifuges. Il est aussi utilisé pour soutenir les traitements de beauté, et lutter contre la dermatose, les calculs urinaires, la sénescence, les ulcères et les varices, pour chasser les parasites intestinaux et équilibrer les menus des diabétiques.

  

Le noyer 
Symbolique: La noix est le symbole de l’intelligence à cause de la forme de ses cerneaux qui ressemblent à s’y méprendre â un cerveau humain.
Légende :Pour les paysans, le noyer est un arbre de bon augure. S’il donne beaucoup de noix une année, ils savent que l’hiver sera rude, mais par contre que la récolte de blé suivante sera très bonne. 
Les Gaulois s’en méfiaient, car c’est un arbre plutôt solitaire, il signifie d’ailleurs mauvais voisinage. Dormir sous la ramure d’un noyer serait maléfique.
En Corrèze on ajoute que si l’on dort en dessous on se réveille avec la fièvre. ( Ceci vient sans doute du fait que le noyer exhale une odeur pénétrante qui nuit très souvent aux végétaux situés sous sa frondaison).
La légende dit que si on cueille des branches la veille de la Saint-Jean et qu’on les suspende dans la maison, on est protégé de la folie et de la foudre.
Dans le Dauphiné, on offre une noix fraîche aux jeunes mariés devant l’église Ce présent symbolise l’attachement que chacun doit avoir pour l’autre (comme les deux cerneaux liés ensemble dans la coquille).
En Ecosse, les fiancés font brûler deux noix dans le foyer; selon l’apparence du feu et la manière dont elles se consument, ils connaissent en détail l’avenir de leur ménage.
Le noyer est à l’origine des noms suivants : Nouget, Nogaro, Noguier. 
Dans l’est de la France, on gardait près de la cheminée des feuilles de noyer séchées et quand l’orage menaçait on les brûlait dans le foyer pour repousser le tonnerre et la pluie au loin.
C’est avec le noyer que l’on fabriquait les meilleurs sabots. 
Vertus médicinales: On l’utilisait autrefois pour redonner des cheveux à ceux qui en manquaient en leur administrant des cataplasmes de noix mâchées sur le crâne.
La noix fournit de l’huile très appréciée, de la teinture par son brou , et son bois est très utilisé en ébénisterie. 

 

L’olivier 
676158acdda40dffa19a8b32a944e3f0Symbolique: trés apprécié (symboles nombreux): 
-en premier lieu la PAIX retrouvée mais aussi:
-fécondité,longévité,force,victoire (la couronne des vainqueurs),pureté,etc…
C’était l’arbre consacré au dieu romain Jupiter et à la déesse grecque Athéna.
Légende:le rameau d’olivier que la colombe rapporte vers l’arche à la fin du déluge
La croix du Christ aurait été en cèdre et olivier.
Dans le langage floral:Au moyen-age c’était l’arbre de l’amour.
 

L’orme 
Symbolique:Les seigneurs rendaient la justice sous son ombrage, d’où son nom d' »arbre de Justice ».
Légende:Il existe encore dans la Somme 3 ormes légendaires et tricentenaires dont on dit qu’ils auraient sauvé un village de la peste décimant la région.
. Cet arbre est généralement attribué à Bacchus car il était utilisé pour son culte et dans la culture de la vigne. En effet, les piquets de vigne étaient en orme.
L’orme au feuillage précoce était planté, à l’origine, par les nymphes elles-mêmes, près de la tombe des héros.
Méditer sous cet arbre: sur les cycles de l’énergie naturelle qui est en nous, toujours renouvelée afin que nos expériences et nos blessures deviennent notre force. 
Dans le langage floral:
Vertus médicinales:L’arbre aux pouvoirs surnaturels: au Moyen age il était réputé guérir la lèpre et autres maladies cutanées. Les sorciers utilisaient l’écorce pour concocter des remèdes puissants (rhumatismes et sciatiques).
Les feuilles de ces arbres, appliquées sur les plaies, étaient considérées comme les plus bénéfiques contre les hémorragies. 
Il est aussi réputé contre la calvitie, les dartres, l’eczéma, les dermatoses, les plaies.

Le peuplier
Symbolique:C’est l’arbre du Peuple (d’où son nom tiré du latin Populus) car c’était sous des Peupliers que l’on prenait autrefois les décisions importantes.
Suivant la Tradition européenne le peuplier est attaché à l’Autre Monde,à la vie cyclique des âmes,c’est l’arbre de la mélancolie, du souvenir des êtres disparus...
Pour les druides, le peuplier symbolisait le vieil âge de l’homme en raison de ses feuilles blanches. Mais le peuplier est aussi toujours porteur d’espoir et promesse de régénérescence.

Légende:La mythologie grecque raconte que la nymphe Leucé se métamorphosa en peuplier en tentant vainement d’échapper à Hadès qui la poursuivait.Elle demeure depuis, dans l’Autre Monde, sur la rive du fleuve « Mémoire ». Héraclès, ayant visité le territoire des morts, ramena une branche de ce peuplier et s’en tressa une couronne. Les feuilles qui touchaient sa tête devinrent blanches tandis que les autres restaient noires comme l’âme des morts. Depuis, on honore le peuplier blanc car sa double couleur en fait un arbre des deux mondes. 
Méditer sous cet arbre: …vous aidera à oublier les choses vaines pour accéder à votre véritable mémoire profonde (karmique). 
Dans le langage floral: les fleurs de peuplier désignent le temps, le courage d’entreprendre et la patience. 
Vertus médicinales: Nombreuses.Le peuplier est connu pour ses vertus toniques,expectorantes,fébrifuges, diurétiques, aseptisantes et vulnéraires. Il est utilisé notamment pour soutenir les traitements contre les hémorroïdes,les problémes urinaires, les intoxications alimentaires, les affections pulmonaires, les douleurs articulaires, les gerçures et les rhumatismes. 
Les amérindiens utilisaient sa résine contre les maladies de peau.

 

Le pommier 
Symbolique:le pommier a engendré des croyances magiques: 
-il aide à acquérir l’Immortalité,la fécondité,la beauté
-il améliore les Connaissances
-il procure la SagessePlanches de botanique de Duhamel
Légende:Les Pommes d’Or du jardin d’Héra gardé par les Hespérides. Avallon, l’île des Pommiers où reposent Arthur, Merlin, Morgane et Mélusine.(Le pommier était l’un des sept arbres sacrés du bosquet des druides) 
Les licornes étaient supposées se reposer et se réfugier sous ses branches.
En transperçant de sa flèche une pomme posée sur la tête de son fils Guillaume Tell libéra son peuple et son pays
Méditer sous cet arbre:.Apporterait la sagesse.
Les anciens druides assuraient que la connaissance était l’attribut de cet arbre 
Anecdote connue: La méditation sous un pommier donna à Newton l’idée imagée de la pesanteur et de la gravitation universelle
Dans le langage floral:Il symbolise l’amour et la perfection, le lien permanent qui unit l’homme à la nature
Vertus médicinales: »Manger une pomme par jour préserve de la maladie » ,
Vieux dicton qui montre que depuis trés longtemps la Pomme est considéré comme un fortifiant et un reméde préventif.
Le pommier est connu pour ses vertus diurétiques, antigrippales et dépuratives. Il est utilisé pour soutenir les traitements contre l’anémie, le diabète, l’infarctus du myocarde, le cholestérol, l’hypertension et l’asthénie, les maux de foie et d’estomac, pour soulager les douleurs articulaires, les insomnies et le surmenage.
Il participe aussi aux soins de beauté, de la peau et du visage. 

Le sapin
Symbolique:Un pont entre ciel et terre.Il exprime la fluidité du lien qui relie le haut et le bas, le spirituel et le matériel, l’esprit et la matière.
Depuis les Celtes c’est le symbole de l’espoir toujours renouvelé des forces de lumière sur les ténèbres, et de la vie sur la mort. De nos jours,au solstice d’hiver, le sapin de Noël est devenu symbole de don et générosité(les cadeaux de Noël)
Légende:Il était sensé conjurer les mauvais sorts(aiguilles de sapins) et empêchait la foudre de tomber.
En Allemagne on flagellait les femmes stériles le jour du mardi gras pour leur permettre d’avoir des enfants.
Chez les Grecs,pour attirer le regard de la déesse Artémis à l’arc d’argent, on plaçait devant la porte et tout autour de la chambre où devait avoir lieu la naissance de nouveaux-nés des rameaux de sapins que l’on brûlait rituellement comme des torches.
Dans les cultes gaulois, Druntia, déesse du Sapin, était honorée comme protectrice et reine des druides. 
Méditer sous cet arbre: Cet arbre toujours vert est un messager qui nous encourage à poursuivre notre chemin, à supporter les problèmes de l’existence comme ses branches supportent le poids glacé de la neige. Le sapin porte en lui l’énergie de la résistance, et la lumière de l’espérance, qu’il donne à celui qui sait les capter.
Dans le langage floral:Les fleurs du sapin désignent l’élévation d’esprit, l’idéal spirituel.
Vertus médicinales:la première qualité du sapin est la fluidité.Il aide à libérer la respiration et à lever les blocages qui proviennent d’une mauvaise circulation de l’énergie ou du sang dans le corps.
Vertus toniques, diurétiques et cicatrisantes. Il est utilisé aussi pour soutenir les traitements contre les durillons et les verrues, et pour accélérer la cicatrisation des plaies. 
La résine trés estimée a de nombreux pouvoirs (contre l’asthme, la bronchite et la toux notamment).

 

Le saule 
 
Légende:Le rituel magique légendaire:en jetant une croix faite de deux brindilles de saule dans une source sacrée on connaissait l’heure de sa mort.
Si la croix flottait, c’était la mort dans les mois à venir, par contre elle s’annonçait d’autant plus lointaine que la croix coulait rapidement vers le fond.
 
Vertus médicinales:L’aspirine(l’acide salicylique est tirée du saule qui posséde lui aussi de trés nombreuses vertus):
-contre les rhumatismes(saule blanc).
-contre le pyrosis,les aigreurs d’estomac,les intoxications alimentaires(écorce).
-contre les douleurs arthritiques et les cors.
-contre l’insomnie nerveuse (feuilles).

Le tilleul 
Symbolique:Arbre protecteur,symbole d’amitié et de fidélité mais aussi d’amour conjugal.
Légende:On le suspendait dans les étables et les maisons pour son pouvoir protecteur, même si les elfes dansaient en rond autour de lui en laissant sur le sol des cercles verts
Tilia_cordata_-_Köhler–s_Medizinal-Pflanzen-139Celui qui portait un sachet contenant son écorce broyée était à l’abri des chutes, blessures, insolations, intoxications et en général de tous dangers corporels…
Les sorcières aussi aiment les tilleuls et c’est sans doute pourquoi dans les Flandres on trouve souvent accrochées à ses branches des images de la Vierge, pour les éloigner lorsqu’elles veulent se réunir sous ces arbres.

Vertus médicinales:Employé pendant des siècles contre les affections de la peau, les maladies épidémiques, la paralysie, les vertiges et les œdèmes. Sa deuxième écorce guérirait les ophtalmies et son ombre serait très bénéfique aux épileptiques.Ses fleurs ont des propriétés adoucissantes reconnues (tisane).

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Je suis la foudre – Le don d’Isis

C’est un texte très inhabituel dans le contexte de Nag Hammadi, car il ne contient rien de chrétien ni de juif. Il ne peut pas non plus être classé parmi les textes gnostiques, dont l’esprit prévalait à l’époque où les manuscrits retrouvés furent écrits, à savoir entre le 4e siècle AEC et l’an 60 EC. Aussi les commentateurs sont-ils perplexes devant ce texte sans équivalent connu.

« Dans son contenu, la Foudre (ou le Tonnerre) est virtuellement unique dans le corpus de Nag Hammadi. C’est une révélation faite par un personnage féminin qui n’est pas particulièrement identifiée par ailleurs, à part peut-être dans le titre. » (source)

 

 

« Je suis la Foudre qui rend l’esprit parfait, la puissance m’envoie à ceux qui m’attendent. Ne m’ignorez pas, vous les Grecs, forts de vos nouvelles croyances. Car je suis la première et la dernière, la grande déesse et la plus humble des servantes. Car je suis celle qui est honorée dans la vieille religion, et celle qui est méprisée dans le culte grec.

Je suis celle qui est stérile, car l’éveil ne se transmet pas par l’hérédité ; et nombreux sont mes fils, car j’en ai éveillé plus d’un. Vous qui m’avez connu, ignorez-moi, car l’éveil n’est plus à la mode des Grecs.

Et vous les Grecs qui m’ignorez, connaissez-moi, recevez de moi votre éveil. Ne soyez pas arrogants avec moi quand je suis bannie de la terre. Quand la vieille religion décline, ne méprisez pas Isis l’esprit parfait.

Je suis la pécheresse quand mon éclair prend la vie, et je suis la sainte quand mon éclair donne l’éveil. Je suis l’épouse quand je m’unis à l’initié, et je suis la vierge car aucun homme ne me possède. Je suis stérile car ceux que j’éveille ne transmettent pas l’éveil à leurs enfants et je suis féconde car nombreux sont ceux à qui j’ai donné la connaissance. Je suis la sage-femme car j’accouche le dieu qui est dans l’homme et je ne donne pas naissance car le mystère de la vie est plus grand que moi.

Je suis la force, celle que je donne à travers mon esprit parfait ; et je suis la peur car mes adeptes redoutent mon baiser. Car autant qu’il peut tuer il peut diviniser.Je suis compatissante quand je donne la lumière de l’esprit parfait et je suis cruelle quand je foudroie l’imprudent. Faites attention ! Je suis insensée et je suis sage. Pourquoi tant de haine ? Vous les Grecs, pourquoi me bannir de la table des dieux ? Suis-je une barbare parmi les barbares ?

mystere-regroupe-1

Mais je suis aussi bien la sagesse des Grecs que la science des barbares. Je suis le jugement des Grecs et des barbares.

Je suis Isis, mon image est grande en Egypte, et je n’ai pas d’image ailleurs.

Partout maudite, aimée partout, pour eux la Vie, la Mort pour vous.

Je suis la Loi chez eux, je suis hors-la-loi chez vous. Je suis celle qui n’observe pas de fête, car je peux tonner tous les jours de l’année.

Et je suis celle qui a des fêtes nombreuses, car on me vénère dans de nombreux pays. Je connais les premiers hommes car j’étais pour eux la grande déesse, et ceux d’après me connaissent, car un jour viendra où mon culte sera restauré.

Je suis l’esprit de l’homme et le repos de l’âme.

Je suis la connaissance absolue, la science infuse, la mémoire totale. Toute la puissance du monde arrive par ma connaissance.

La puissance des anges est issue de ma parole, car ils sont les fils de la foudre. Et je fus la puissance des premiers dieux.

Et je suis la puissance des esprits qui se sont unis à moi. Je suis le contrôle car l’éveillé sait se maîtriser lui-même et je suis l’incontrôlable car la toute-puissance de mon éclair dépasse les forces humaines.

Ecoutez-moi dans la douceur et apprenez de moi la rudesse. Je suis celle qui tonne, jetée à la face de la terre. Je suis l’ouïe qui est à la portée de tous, quand je fais gronder mon tonnerre.

Et je suis la parole qui ne peut être saisie, quand l’initié se sert de la tierce oreille. »

Ô Isis, ô sainte mère, fais pleuvoir sur nous ton éclat bienfaisant !

Marisis.jpg

Le don d’Isis >>

La mère du Monde et la hierarchie féminine

Qui est Dieu le Père et qui est Dieu la Mère? Qui existait le premier?
Qui créa le monde? Voilà beaucoup de questions qu’on se pose!

L’ancienne sagesse nous parle d’un dualité primaire, le Père-Mère Eternel.
C’est Eux, ensemble – en tant que pôles positif et négatif, qui ont tissé la toile de l’univers à partir de deux substances: L’Esprit et la Matière pré-cosmique.

Cette dualité se manifestera dès la séparation des deux pôles. Toutes les religions admettent cette qualité, bien qu’elles fassent une différence entre les deux, consîderant le pôle positif comme créateur; l’autre pôle est pour ainsi dire oublié.
De tout ce qui précède, nous pouvons conclure qu’il existe réellement des aspects masculin et féminin dans l’immense Unité appellée Dieu, qu’Il soit manifesté ou non. La difference entre les deux concerne les principes et les qualités.

L’aspect Mère ou Maternel du Divin dans le Cosmos, se manifeste comme Mulaprakriti, ou la racine de la matière vierge. Elle est la suprême Illusion, Maha-Maya, le Saint Graal qui contient la Vie Divine, la Mère qui peut donner naissance en son sein vierge à l’Univers entier, à tous les mondes et à leur contenu. Cet aspect est tissé de voiles d’illusion toujours plus épais, constituant les trames du monde, fondements de la manifestation qu’on appelle « Plans » de la manifestation.

Dieu la Mère c’est la matière cosmique, la Sagesse immanente, le Saint Esprit. Elle est la Sophia, l’Ame du Monde, les eaux de l’espace, qui pénètrent même les plus hauts niveaux de l’univers.

mystere-regroupe-1

Cette Mère Divine porte différents noms selon les Religions qui l’invoque. Elle est Devi Prakriti ou Aditi en Inde, Mère de Dieu. Elle est Shekinah ou lumière éternelle dans la Cabbale; Kwan Yin – Mère de Compassion en Chine; Isis en Egypte; Aphrodite, Pallas Athéna en Grèce; Vénus, Diane à Rome; Notre Dame – ou l’incarnation de l’Amour maternel dans le Christianisme.

Les anciens civilisations et religions qui ont précédé l’Ere Chrétienne ont donc présenté un aspect féminin de Dieu, ce qui déroute un peu les Chrétiens qui, eux, parlent d’un seul Dieu Créateur mâle, d’un principe créateur unique et masculin, puis d’une Trinité également mâle: Dieu « LE » Père, Dieu « LE » Fils et Dieu « LE » Saint Esprit.

Les formulations dogmatiques concernant la Trinité Divine de l’Eglise Catholique Romaine, ont déformé le sens réel du mot Dieu; elles en ont fait un mystère impénétrable. Et en effet, ce mystère est complètement impénétrable, si l’on accepte l’idée qu’un seul pôle, le masculin, peut créer à lui seul.

La Genèse commence ses spéculations du début du processus de la création par ces mots: » Au commencement Dieu (la traduction véritable est Les Dieux) fit (firent) les cieux et la terre;  » Ou : Jean 1 « Au commencement était le Verbe et le Verbe était en Dieu et le Verbe était Dieu. »

L’Apocalypse dit: « Je suis l’Alpha et l’Omega ».

La philosophie Hindoue présente la manifestation comme etant rythmique, cyclique, comme une respiration du Grand Tout – créant et absorbant; ici on perçoit la dualité: inspir et expir.

 

La Grande Mère, est aussi l’espace.

On ne peut l’imaginer que par la vision de ténèbres illimités, s’étendant partout à l’infini. Dans ces ténèbres apparaît soudain un cercle lumineux représentant une sphère limitant ces mêmes ténèbres. Et dans ce cercle lumineux apparaissent d’autres cercles, puis d’autres encore, à l’infini, représentant cette fois les constellations, les soleils et les planètes. Toute cette substance éternelle, c’est la Mère.

La manifestation est incessante, continue, perpetuellement active et donne la Vie, le mouvement et l’être à tout ce qui existe. Elle maintient, par la pression de Son souffle Divin, la base d’illusion qui construit les univers et les mondes de l’existence.

Lorsque naquit le monde matériel, le Verbe (le son) s’est incarné. La Mère éternelle est donc inévitablment associée au Père Eternel, car c’est dans son sein, – l’espace vierge – qu’Il circonscrit l’univers.

Elle est également associée au Fils, car c’est en Elle qu’apparaît la dualité entre l’Absolu – l’Eternel présent – et le relatif. Elle est également le mouvement en deux temps, dont la caractéristique est la Vie et la Mort…. pour donner la conscience à tout ce qui existe.

Toutes ces vérités ont été cachées jusqu’au siècle dernier où Madame Blavatsky – Fondatrice de la Société Théosophique et écriain inspiré – en donna le sens réel et le symbolisme.

 

mother_of_the_world_1924_preview

Quel est le mystère de la Mère du Monde? Pourquoi le grand peintre Russe Nicholas Roehrich l’a-t-il représentée voilée?

Son mystère est symbolisé précisément par le voile qui cache Sa face , mais qui, maintenant, se lève lentement pour qu’on découvre Son Mystère. Ainsi, l’humanité orpheline, va retrouver progressivement la Mère et son Amour.

Jusqu’ici l’humanité a été dirigée par le Pere, l’homme et son pouvoir. On a oublié la Mère: c’est pourquoi on a perdu le contact avec le véritable Amour et avec la Nature, car la Mère est aussi la Nature.

Comme Theseus dans la mythology grecque, nous avons besoin du fil d’Ariane -le principe féminin – pour sortir du miasme dans lequel nous sommes plongés et où nous attend le Minotaure prêt à nous dévorer.

Et, au fonds de nos coeurs, sur le plan de l’Ame, nous entendons l’appel pressant de la Mère: » So Ham », Je suis Elle. Je suis la Mère, votre Mère. C’est la Sagesse Cosmique Solaire et planétaire qui parle grâce aux énergies du Verseau. Elle éveille notre conscience et régit notre destin avec ses trois niveaux. D’abord le niveau supérieur, où toute dualité se transforme en unité; puis le niveau où chacun opère l’éveil du « moi », et enfin celui où la pure Vérité éclate dans l’Illumination. La vérité est certainement ce que veut la conscience.

Shri Aurobindo déclare: »Il y a plusieurs degrés de développement de la conscience, depuis celle du chercheur qui s’éveille au Yoga; et même parmi les Yoguis, il y a plusieurs grades; c’est là que commence la vraie Hierarchie. »

Quant à l’enseignement Hindou, il dit: « L’esprit c’est la matière à son état le plus rarifié, et la matière, c’est de l’esprit dans son état le plus dense ». Ainsi Esprit et Matière sont UN, comme Dieu et la Mère sont Un.

Le Père ne peut s’exprimer sans la Mère et la Mère ne peut enfanter sans le Père, sans sa semence.

Le macrocosme et le microcosme sont établis sur le même plan.

La conscience Divine du Père, derrière son univers, rêve; elle rêve dans une sorte de kaléidoscope mental, et progressivement, nous, ses créatures, devenons de plus en plus semblable à Lui, et devenons de plus en plus conscients du Cosmos, de ses univers, de ses mondes et de nous-mêmes. Nous en sommes de plus en plus conscients et nos intuitions sont des aventures de notre conscience dans la vraie Vie de l’Esprit.

La vie est spécifiquement la Mère, la Mère Divine qui fut invoquée dès le début de l’humanité. Ses premiers Temples furent instaurés en Lumurie, et l’on y invoquait comme étant Un avec Son Fils – considéré comme également Divin, Il reposait sur ses bras-. C’était déjà la première image de la Madone.

Après la destruction de la Lemurie vint le continent de l’Atlantide qui adora la Mère Divine sous forme de statuettes plus au moins grossières, découvertes actuellement par l’archéologie.

Atlantis périt à son tour, avec une grande partie de l’enseignement des Mystères; le culte de la Mère, en tant que parèdre du Père disparut, et avec cette disparation s’instaura le déséquilibre de la planète. Ce déséquilibre a amené la suprématie du pôle masculin et de l’énergie « de la tête », qui se manifeste maintenant dans l’épanouissement de toutes les sciences. Etant à présent à son apogée, notre civilisation « de la tête » s’évanouit à son tour et amènera, selon la loi des rythmes, l’énergie du coeur, qui est réellement celle de la Mère.

Le Maître Tibétain déclare que l’énergie déversée par le rayon de l’Intellect et de
la science réduira progressivement son activité dès 1995.

Depuis 1922, année où Vénus s’approcha de la terre et en devint sa compagne ésotérique, une énergie féminine nouvelle nous ramena un regain de vénération et d’adoration de Notre Dame et des cultes rendus à Sa Personne. Elle éveilla également les femmes et les rendit conscientes de leur personne. Ces cultes de la Mère Divine, sont placés dans de nouvelles formes, dans de nouveaux Rituels et dans un renouveau de la Prêtrise féminine, comme par exemple dans l’Orde de la Mère du Monde. La nouvelle Ere est placée sur le septème rayon, celui de l’Ordre, du Rituel et de la Magie.

10_le_10

 

La représentante de la Grande Mère sur la terre est Marie, la Mère de Jésus. Lorsque’on l’invoque dans les Litanies on l’appelle l’Etoile du Matin, la Porte du Ciel… cette porte derrière laquelle se trouve le Hall de l’Initiation et de l’Enseignement.

L’Ere des Poissons qui vit s’élever le nombre des Saints, des Sages et des Maîtres de Sagesse se termine et se prolonge par l’Ere du Verseau, l’Ere de la Femme, mais aussi de la Mère Divine, de la Hierarchie Féminine en étroite collaboration avec la Hiérarchie Angélique; d’où la coopération avec les Anges et les Dévas qui se rétablira dans la nouvelle Ere.

Chaque Ere, chaque religion a apporté et apporte toujors son énergie, son culte, son message, son enseignement, afin d’aider l’humanité dans son long et pénible pélerinage vers la perfection. C’est là, sa « Terre Promise », son ciel, son paradis.

L’humanité parfaite se manifestera lorsque chaque homme, chaque femme possèdera la conscience de l’Amour Universel, de l’Amour de la Mère et de l’Enfant qui est, en même temps, l’Amour Christique. Mais cet Amour est encore loin d’être manifesté.

34372126Cet enfant, ce nouveau Christ, le nouvel Avatar est très attendu par toutes les relgions du monde; mais Il ne peut naître que d’une Mère pure, aimante, initiée… somme toute, un Avatar Féminin. On doit l’attendre – Elle – tout autant que Lui: mais ni Lui, ni Elle ne peuvent se manifester dans un monde régit par la peur, la haine, la convoitise, la violence, et la dépravation. Toutes les apparitions Mariales nous avertissent: « Priez, ..convertissez-vous. »

 

Se convertir, c’est ramener les gens à la Foi, à la croyance en Dieu en soi. La Mère n’appartient à aucune religion, aucune église: Elle est la Mère de tous les êtres humains, quels qu’ils soient et où qu’ils se trouvent.

Très peu de personnes connaissent l’importance du rôle de la Mère Divine et de la Vierge Marie sa répresentante ici-bas.

Chaque année, en Septembre dans le signe de la Vierge, la Mère s’approche toujours plus près de nous pour purifier la terre et ce jusqu’au Solstice d’hiver,:
cette nuit où le soleil, dans le Capricorne, permet aux néophytes de passer par le portail de l’Initiation et de devenir de nouvelles lumières pour le monde.

34371990

Marie et Ses cohortes Angéliques constituent le pont par lequel les Initiés des Ordres Supérieurs peuvent contacter la Hiérarchie Féminine de Virgo – Signe de la Vierge – et en recevoir les Energies et les enseignements, pour les redistribuer sur la terre par la voie des initiations et de la révélation des Mystères, ce qui est prédit par le Maître Tibétain.

La Hiérarchie Masculine, elle, est assez bien connue dans les Ordres et mouvements initiatiques et ésotériques, tandis que la Hiérarchie Féminine présente également sur la terre est à peu près inconnue. La Hiérarchie Féminine nous a été révélée plus au moins par l’enseignement de l’Agni Yoga, donné par Helena Roehrich. Cet enseignement ésotérique et très précieux, nous a été donné par le Dr. Krishnamacharya. Lorsque’il vint à Kotagiri où je résidais, il nous confia que la Hiérarchie Féminine est aussi importante dans le monde spirituel que dans le monde matériel. Elle se montre dans le domaine social tout d’abord, puis dans le monde politique. En Inde, la puissance de cette Hiérarchie est davantage reconnue par les sages, et l’on connaît plusieurs sages, dont Shri Ramakrishna et le Maharishi qui avaient une forte dévotion pour la Mère, et un respect total pour les femmes.

La puissance de la Mère Divine, Chef de cette Hiérarchie se manifesta à Kanya Kumari (Cap Comorin) où Vivekananda médita sur la Mère du Monde et trouva l’Illumination, et où Saint Paul médita sur le Divin Enfant et obtint également l’ llumination. Rama Krishna aussi obtint l’Illumination en méditant sur la Mère qu’il voyait en toute chose.

C’est dans la femme, que la Mère est la mieux représentée, et d’après les enseignements de l’Inde, c’est toujours une femme qui donna à l’homme ses première et dernière Initiations.

Cet enseignement secret dit encore qu’après trois années de préparation dans une vallée secrète des Himalayas, Jésus reçut la première Initiation d’une vierge, et Il lui fallut 12 mois pour en bénéficier pleinement. Son stade Himalayen dura 12 années, après lequel il revint dans le monde, porteur du message qu’il donna à ses disciples et à la foule. C’est trois jours avant l’accomplissement de ces 12 années, qu’il fut crucifié sur le Golgotha. Le troisième jour, le dernier de ses 12 années (un vendredi – jour de Vénus -), Marie, sa Mère « s’approcha de lui pendant la nuit, avec une épée et une lampe. Cet acte lui conféra l’Initiation finale en le touchant avec l’épée; cet acte fut accompli en vertu du pouvoir investi en Elle par la Mère du Monde. C’est ainsi qu’Elle créa et constitua Son Fils, Jésus, Fils de la Mère Célèste ».

D’autres enseignements concernant les Initiations donnés par des femmes furent révélées, dont l’Initiation de Vedavyasa. Ramakrishna fut initié par son épouse-vierge, Udava, le disciple du Seigneur Krishna, fut initié par les mains d’une Gopi (une vachère).

A Mudarai, puis à Bridavan, Brishma fut initié par Satyavati, sa mère. le Bouddha fut initié près de Benares par Sujatta. Cette Initiation est relatée dans une légende sybilline.

IMG_2360-2

L’histoire religieuse chrétienne ne parle pas d’initiation et ne révèle pas comment et par qui Jésus fut initié; cependant certaines anciennes images pieuses montrent en effet, Marie portant une lampe et une épée, s’approcher de son fils mourant sur la croix. Encore faut-il comprendre ces symboles!

Tous les grand Etres ont reçu leur initiation finale au Mystère de la Vierge et des Poissons par une femme: soit leur mère, leur sœur, épouse ou fille. Cette initiation marque la fin du cycle des renaissances -, cycle marqué par les équinoxes.

A côté d’un grand Saint, d’un grand Sage, d’un grand Homme de science, d’un Artiste, on trouve toujours une femme.

Dans l’histoire religieuse, nous pouvons rapprocher Saint François et Sainte Claire, Sainte Elisabeth de Hongrie et son époux roi de Hongrie. Dans le domaine de la science Jung et son Egérie, Maria von France.

 

La mythologie, dans son langage imagé, associe également des noms masculins et féminins: Ariane et Thésée, la Sibylle et Enée et d’autres encore, bien qu’on préfère souvent donner des noms d’amis masculins, sans doute pour ne pas éveiller l’attention sur ce sujet.

Nous trouvons aussi des traces d’initiation dans d’anciennes légendes, dont celle de la Belle au Bois dormant, de Cendrillon, de Blanche Neige, de la Belle et la Bête…

La Hiérarchie Féminine collabore très étroitement avec la Hiérarchie Masculine.
Ces deux Hiérarchies s’intéressent plutôt aux âmes de ceux et celles qui veulent servir, dont le coeur est ouvert et qui possèdent une énergie psychique à toute épreuve.

Bien que la Hiérarchie Féminine demeure encore très cachée elle est sage et puissante: elle reste toujours attentive aux personnes qui frappent à sa porte.

Mais qui frappe à sa porte? Qui peut le faire?

Toutes les femmes et tous les hommes qui désirent oeuvrer, sous son égide, à la reconstruction de la Terre. Pour cela, la qualité féminine en soi est absolument indispensable. La femme, si elle veut atteindre l’Initiation de la Mère, doit être pure, vigilante, aimante. Elle doit s’éveiller, évoluer, montrer une morale vraie et être la servante du Pur Amour. Toutes conditions qui ne sont pas évidentes de nos jours.

Le redressement moral des individus – morale qu’on bafoue – équivaut à un renouveau de l’Amour vrai dans le monde: amour qui est actuellement abaissé, dégénéré, réduit aux impulsions sexuelles.

Lorsqu’on voit, lorsqu’on sent que le seul remède à l’état chaotique actuel est l’Amour, on porte immédiatement les yeux sur la Femme, sur celle qui détient au suprême degré cette force salvatrice.

Il faut que le sentiment de la Maternité Planétaire s’installe dans le coeur de la femme, Je dis bien: Maternité Planétaire, son coeur devant être assez grand pour englober tous les êtres, toutes les choses! C’est ainsi qu’il faut voir pour la femme la conscience planétaire, conscience que tous devraient avoir actuellement, mais l’humanité globale est encore très arriérée. La maternité physique est bien, mais la maternité spirituelle lui est infiniment supérieure.

Toute femme est une mère en devenir: elle est une éducatrice née et l’éducation qu’elle donne commence chez l’enfant qu’elle porte en son sein, dès le premiers jours de sa grossesse. Ceux et celles qui ont lu « le Miracle de la Naissance » de G. Hodson, comprennent le rôle maternel que la femme peut et devrait jouer dès le développement de l’embryon en elle. La femme doit d’abord recevoir la semence dans le plan spirituel, puis dans le plan mental… Elle doit et devrait concevoir l’action juste et lumineuse afin de porter, sur le plan objectif, un ensemble de facteurs aptes à donner l’énergie spirituelles à l’embryon de la pensée en même temps qu’à l’embryon physique, pour qu’il mène en tant qu’homme ou femme une vie énergétique et féconde.

Le problème spirituel doit toujours se placer d’abord. L’Amour donné au futur enfant portera toujours ses fruits. Dans la Grèce Antique, les futures mères étaient mises à part, entourées de beaux objets, afin que l’enfant qu’elles portaient réponde à tous les critères de la Beauté.

Si toutes les femmes, toutes les mères, étaient conscientes de leur future maternité, et si toutes les femmes et toutes les mères pouvaient aimer l’enfant « de l’autre », – des autres -, quel que soit sa race , la couleur de sa peau, la religion ou autre, il n’y aurait plus de guerre, de famine, ni d’épidémies. Car là où on aurait échangé le pain, on ne porterait jamais les armes.

Le Femme devrait comprendre l’importance et la grandeur de sa mission, fut-elle placée dans les conditions d’existence les plus humbles, les plus obscures, ou les plus élevées dans la société.

Si elle n’apprend pas à réveiller la Divine Présence de la Mère en elle, la Lumière ne visitera pas son coeur, et elle continuera à marcher en aveugle, en ignorante et déprimée. Alors elle aura encore besoin d’un guide, sans doute aussi aveugle qu’elle-même – et il n’y aurait aucune possibilité de retour à la conscience, à la nature, à la Vie.

Il appartient aux religions d’illuminer l’âme et l’intellect des personnes, afin qu’elles puissent communiquer avec le mental universel – là où tout se trouve sous forme de symboles et d’archétypes -le Royaume de la Mère. mais les religions ont malheureusement failli à cette tâche en se matérialisant.

Il est grand temps de se ressaisir et de réaliser que la terre est la patrie de l’humanité, et que le grand but du monde est l’évolution. Chacun devrait s’exercer à développer en lui la conscience planétaire.

Cette évolution progressera si elle se fait dans un esprit collectif vers L’Unification Planétaire. C’est pourquoi tous les hommes, toutes les femmes, doivent se donner la main dans leurs oeuvres constructives, avec joie, dans la paix et l’harmonie.

Peu se rendent compte qu’on est, – chacun de nous -, l’artisan dans lequel un monde nouveau se forge et se crée. On ignore ses devoirs, ses responsabilités pendant la période de mutation et de création que nous vivons. Lorsqu’on voit des foules de jeunes gens, les poings levés, hurlant des slogans destructeurs et meurtriers, brûlant des drapeaux ou des effigies d’ennemis, on a raison de penser que la foule est veule et que cette masse d’hommes qui s’offre comme chair à canon est ignorante et inconsciente.

C’est dans ce tumulte que la femme, les femmes, sont appelées à donner tout le meilleur d’elles-même et à préparer l’enfantement d’une nouvelle Terre, d’une nouvelle humanité. Elle doit transmettre dans son foyer, dans son atelier, son bureau et partout autour d’elle le besoin de vérité intérieure, le désir de vivre et de construire, pour d’autres « soi-même », infiniment répétés au sein de la nature vivante. Tout égoïsme doit être banni! Toute convoitise, toute recherche de pouvoir ou de profit personnel, doit se fondre dans la conscience d’une Communauté planétaire.

L’heure est venue où les forces symthétisantes et crétrices doivent s’exprimer : c’est pourquoi il est fait appel à tous les hommes, à toutes les femmes de bonne volonté.

L’Ere du Verseau, avec ses apports, en plus d’être l’Ere de la Femme, de l’Initiation, est également celle de l’Ordre et du Rituel.

L’homme et la femme aveugles, chaotiques, craintifs, doivent se transformer en disciples de la Hiérarchie spirituelle. Le salaire requis pour cette transformation est élevé, et l’admission dans les vraies écoles des Mystère est difficile; elles demandent un labeur incessant, un contrôle de ses penseees et de ses émotions, mais surtout une orientation ouverte vers l’avenir, et un total oubli de soi.

Ces écoles des Mystères existent un peu partout dans le monde: il faut les chercher, mais, – comme on me l’a dit – ne les trouvent que ceux et celles qui sont prêts à y entrer et à y recevoir les enseignements ésotériques et hermétiques.

L’art littéraire contribue déjà beaucoup à créer des formes et des structures de types avancés. Beaucoup d’enseignements sur les mystères, la réincarnation, le karma, la magie, l’astrologie et le yoga sont des types avant-coureurs que chacun peut voir et suivre. Et dans la beauté de ce Symposium, on peut déjà voir un signe avant-coureur de la Communauté.

De nos jours, des disciples, des initiés sont réincarnés et se réincarneront comme savants, artistes, philosophes, politiciens et financiers, mais ils ne sont pas encore assez nombreux. Tous travaillent pour le bonheur, et après que sera passé l’orage terrible qui se profile à l’horizon, les Sages, les Maîtres de Sagesse et de Compassion masculins et féminins marcheront aux côtés des hommes.

Les plus avancés parmi le peuple, la masse, sentent venir ce bonheur: ils sont attirés par l’atmosphère des Mystères et des merveilles qu’ils pressentent. Les impressions ainsi reçues par leurs émotions et leur mentals travaillent leur esprit au travers de la nature subconsciente, et provoquent le souvenir des associations contactées par leurs âmes dans le passé.

Il est donc évident que l’extériorisation de la Hiérarchie masculine et féminine implique et conclut la rénovation des anciens mystères et des anciens rituels en tant que facteurs importants.

Le rituels s’imposent donc aujourd’hui selon les paroles des Maîtres de Sagesse, par l’apport des énergies uraniennes, du septième rayon: C’est ce nouvel apport qui éliminera les différences dans les religions et les philosophies; elles amèneront une meilleure et plus étroite collaboration entre les hommes et les femmes, principalement dans les domaines religieux et spirituels. Comme le disait Teilhard de Chardin: »Tous les chemins convergent vers l’Unité » ou plus prosaïquement :: « Tous les chemins mènent à Rome ».

Le contenu intérieur des Rituels qui constitue le thème de la Vie, de l’homme en tant que drame, est resté le même, tandis que les noms, prêtés aux différents rôles ont changé au cours des temps. Tout dans la Nature est rituel, depuis le lever du soleil à son couchant; depuis le lever de la lune à son couchant.

Les Rituels majeurs de l’avenir, et principalement les Rituels de la Mère Divine existent aujourd’hui: ils se situent au-dessus des religions et des plilosophies; ils en sont le point de rencontre.

Cest pourquoi, aujourd’hui, tout spécialement , et pour la première fois en public, je révèle l’existence des Rituels de la Mère du Monde avec ses enseignements ésotériques et initiatiques. C’est le Canada , avec son Coeur qui bénéficie de cette révélation.

L’Ordre de la Mère du Monde est un Ordre exclusivement féminin, mais non féministe. Il fut fondé en France, inspiré par le Hiérarchie Féminine, il y a quelque 24 ans, et il est présent dans de nombreux états d’Europe et d’Amérique. Cet Ordre est exclusivement ésotérique et fait partie de la restauration des mystères prédite par les Maîtres de Sagesse et de Compassion. Son enseignement est donné oralement, ou dans des cours que peuvent suivre ses membres, après un certain temps de formation. Les Rituels, les Initiations et les enseignements oraux sont gratuits.

L’Ordre de la Mère du Monde n’a jusqu’ici fait aucune publicité, ni en Europe, ni en Amérique; les futures candidates sont informées et présentées à l’Ordre par des membres effectifs, et elles sont acceptées si elles remplissent les conditions voulues.

La Hiérarchie veille et protège notre Ordre contre toutes attaques parce qu’il est l’une des manifestations du Nouvel Age et la représentation de la Hiérarchie.

L’Ordre, en tant que tel, avec ses initiations, peut être considéré comme l’un des Sentiers menant à la Prêtrise Feminine, résurgence de la Prêtrise d’autrefois, et qui a été interdite aux femmes depuis des siècles.

L’Ordre de la Mère du Monde est le témoin, le sentier, le guide menant aux Grandes Initiations qui attendent les véritables servantes de la Planète et de l’humanité. Il conduit au seuil de la Hiérarchie, et requiert un service spécifique, commun à tous ses membres.

Contrairement à beaucoup de mouvements, il ne s’intéresse pas à l’argent, ni aux honneurs et il requiert beaucoup d’humilité de la part de ses membres.

Pourquoi l’Ordre de la Mère du monde est-il exclusivement féminin ? ‘C’est là une question souvent posée.

Il est exclusivement féminin, parce qu’on ne connaît que très peu de mouvements spirituels féminins, en comparaison de tous ceux qui existent pour les spiritualistes masculins. Si l’on veut rétablir l’équilibre entre les deux pôles, l’Ordre de la Mère du Monde doit encore rester féminin pendant quelque temps.
S’il devenait seulement mixte, l’énergie féminine perdrait de sa force et de son pouvoir; elle seait beaucoup plus lente à se manifeste sur la Terre, et l’Ordre tomberait finalement dans des mains masulines , détournant ainsi le but prévu et demandé!

Depuis des âges, les Femmes ont été empêchées de recevoir les enseignements ésotériques et d’être élevées au Sacerdoce. Cette lacune devait être réparée, c’est pourquoi le règne de la Mère Divine et de Son Sacerdoce revient, afin d’intensifier l’intérêt spirituel du monde, par l’éveil du coeur.

La femme, la mère, peut faire un don magnifique à l’humanité si elle le veut, et si elle n’est plus entravée, principalement par elle-même.

La fonction naturelle de la femme, de la mère, est toute faite de vie, d’amour et de sacrifice. Quand elle ne fait rien autour d’elle et dans le monde, elle est un être sans signification, sans importance: elle perd ses valeurs naturelles et n’en acquiert pas d’autres.

Que la conscience féminine se ressaisisse donc pour rétablir l’équilibre, et qu’elle ne laisse pas s’accomplir les catastrophes irréparables qui se profilent à l’horizon. Ce serait une catastrophe que de laisser tarir les sources de vie et d’amour qui se trouvent dans le coeur des femmes et qui alimentent l’humanité collective depuis toujours.

La femme est l’artisan, l’administratrice et l’ordonnatrice du bonheur humain, et selon Jacques Ganuchard « le bonheur est le terrain de toutes les vertus ».

De grandes femmes, de grandes Mères, de Grandes Prêtresses peuvent se trouver autour de nous, parmi nous et qui, sans doute, font partie de cette Hiérarchie Féminine. Elles sont responsables, face à cette Hiérarchie et à la Mère du Monde, du travail spirituel de la planète et du Sacerdoce féminin.

Aidons-les par nos pensées, par notre Amour dirigé vers cette Hiérarchie qui a besoin de femmes pour sauver le monde. Qu’elles se préparent et préparent des jeunes à la venue sur la terre du Grand Etre Féminin qui donnera naissance au Grand Etre masculin appelé par toutes les nations.

La femme se trouve souvent devant des choix. Quand elle est Prêtresse et qu’elle transmue les éléments, sa nature inférieure est également transmuée; de même que la nature inférieure de la Terre, qui doit être purifiée pour réussir pleinement l’Initiation qu’elle passe actuellement.

La Mère du Monde est trop souvent ignorée, oubliée, délaissée, mais aujourd’hui elle veut se manifester, et elle répond toujours favorablement aux appels des Femmes, des Prêtresses qui reçoivent des enseignements de Lumière et d’Amour, tout en se consacrant à Son Service; et en ne négligeant rien du quotidien et de ses devoirs.

Ces enseignements, ces Rituels, sont des forces et des sources de Sagesse et de Paix à distribuer dans le monde, sur la terre entière – la grande orpheline – qui en a tant besoin à l’heure actuelle.

C’est par la Femme qu’un monde d’espoir, un monde merveilleux est appelé à naître.

Que chaque Femme, chaque Prêtresse aie conscience de sa véritable mission féminine, et de sa mission sacerdotale au sein du foyer; et si elle est Prêtresse, au sein de l’humanité toute entière.

Que la Prêtresse exerce un rôle qu’elle a choisi librement et volontairement; qu’elle accomplisse son rôle de régénération morale et spirituelle des peuples, dans l’instauration d’un âge d’or. C’est là une oeuvre de force et d’amour; une force qui rendra la femme son honorabilité – et la place qu’elle doit occuper auprès de son Eternel Compagnon.

« Là où les femmes ne sont pas honorées, les peuples périssent », dit le Manou de notre Race.

Que la femme ouvre son coeur et que ses mains soient généreuses, promptes à rendre service, à guérir, sous les lumineux auspices de la Paix qui rayonne du coeur de la Mère du Monde et de la toute-puissante Hérarchie Féminine.

Et pour terminer, faisons nôtre les paroles du Maître dans le « Livre de la Connaisance »:

 » La Hiérarchie se consacre tout entière au service du Monde.
La Hiérarchie réalise sur le champ le Plan qu’Elle a dressé.
La Hiérarchie nous donne l’exemple de l’inspiration.
……
Ne perdons pas une minute, le Monde a besoin de nous.
A l’heure grave dans laquelle nous vivons,
La Hiérarchie appelle toutes les bonnes volontés.
Ouvrons-nous à Elle.
Que notre consécration soit totale.
Ecoutons Ses Ordres,
Et partons de l’avant pour travailler EN SON NOM. »

Une conférence publique donnée par Elisabeth Warnon
au Symposium Esotérique « L’Humain, Antenne du Cosmos »
Shawinigan, Québec, Canada, le 8 octobre 1990.

L’Esprit d’Avalon

« Il était une fois une île sacrée, raconte la légende, où des prêtresses étudiaient les loi de l’Esprit et vénéraient la Déesse et la Force divin présentes en toutes choses. Cette île de l’ancienne Bretagne, s’appelait Avalon, et pendant très longtemps, elle a été gouvernée par la déesse.

Les Prêtresses d’Avalon, au front orné d’un croissant de lune bleu, avaient pour mission de préserver le caractère sacré des rites de leur culte… jusqu’à l’arrivée des Romains, dont les églises chrétiennes délogèrent la tradition druidique ; ont dit que seules les prêtresses avaient le pouvoir de fendre les brumes magiques qui flottaient alors au-dessus des eaux encerclant Avalon… pour atteindre ses rivages.

On raconte également que sous l’effet du mélange des cultures païenne et chrétienne, à l’époque de la légende du roi Arthur, l’influence d’Avalon s’est estompée, en même temps que ses contours à jamais disparus dans les brumes.

Et pourtant,les gens se rendent encore par milliers chaque année dans le Somerset, en Angleterre dans l’espoir d’établir une connexion mystique avec Avalon, dont l’influence a perduré jusqu’à nos jours.

Ils visitent Glastonbury Tor, là où aurait été située Avalon, dont on dit qu’elle continue toujours d’exister dans une autre dimension…

Glastonbury-Tor-tower

 

… Si Avalon et sa Déesse se sont évanouies dans les brumes, qu’elles ne sont plus à notre portée sur le plan matériel, devenues « irréelles » en raison d’un tournant dans le champs de la conscience collective, il n’en demeure pas moins qu’Avalon est encore parmi nous en esprit, prête à partager sa sagesse sacrée avec tous ceux qui s’y intéressent véritablement.
Il suffit de fermer les yeux, de croire en ses pouvoirs magiques et demander « Qu’elle est la voie à suivre ? Où est le bien ? Où sont la vérité de la lumière ? » pour qu’elle nous indique le chemin.

Avalon est le lieu symbolique du mystère sacré, mémoire vivante de la conscience Divine en chacun de nous. Nous sommes destinés à emprunter le sentier symbolique qui mène aux rives d’Avalon pour découvrir notre véritable nature, les motivations et le conséquences de nos actes, et notre responsabilité envers tout ce qui vit. De nos jours, le chemin vers Avalon est à l’intérieur de nous, tandis que ses manifestations sont à l’extérieur.

Accéder au Divin, c’est se connecter à son cœur.

Puissiez vous baigniez pour toujours dans l’amour de la Déesse. »

Colette Baron-Reid « La sagesse d’Avalon »

 

Légendes de l’abbaye de Glastonbury

Bien qu’elle soit aujourd’hui en ruines, l‘abbaye de Glastonbury, dans le Somerset, en Angleterre, est toujours un lieu puissamment évocateur, entouré d’histoire, de religion et de mythologie. Une histoire prétend que Joseph d’Arimathea, gardien légendaire du Saint-Graal, a fondé la première église chrétienne en Grande-Bretagne à Glastonbury peu après la mort du Christ. Un autre soutient qu’en 1191, des moines de l’abbaye ont déterré une bûche évidée contenant deux corps et une croix inscrite qui disait: «Ici se trouve enterré le roi Arthur et sa femme Guenièvre».

Trenches-England-Glastonbury-Abbey

Les traditions et les mythes qui entourent l’abbaye de Glastonbury sont peut-être les principales raisons pour lesquelles elle est devenue l’un des monastères les plus importants et les plus riches d’Europe. Mais les sceptiques ont longtemps décrié ces histoires comme des inventions par des moines médiévaux pour remplir les coffres de l’abbaye, surtout après un incendie massif détruit le monastère en 1184.

L’archéologue Roberta Gilchrist de l’Université de Reading a récemment achevé un projet pluriannuel Glastonbury Abbey, non encombré par des hypothèses antérieures fondées uniquement sur le mythe. «L’abbaye de Glastonbury occupe une place unique dans l’histoire du monachisme médiéval et dans le développement de l’identité culturelle anglaise», explique Gilchrist. « Pourtant, malgré sa signification historique et culturelle, on en savait relativement peu sur l’archéologie de l’abbaye. »

La plupart des efforts du projet Glastonbury Abbey Project ont été axés sur la réévaluation des données des fouilles précédentes. De 1904 à 1979, au moins 36 fouilles ont été achevées, mais une grande partie de ce matériel a été perdu ou jamais publié. Il a également été souvent mal interprété. Mme Gilchrist et son équipe ont passé plusieurs années à parcourir des archives d’un siècle, ainsi qu’à effectuer de nouvelles datations au radiocarbone et à analyser la composition chimique d’artefacts déjà excavés. «Nos objectifs étaient d’évaluer la signification scientifique des fouilles et de fournir une nouvelle source historique de preuves pour la compréhension du site», explique Gilchrist.

Tranchées Angleterre Glastonbury Glass

(Photo: C. Steele)

Verre de l’abbaye de Glastonbury

 

Les découvertes du projet soulignent la longue et complexe histoire de Glastonbury, y compris les preuves nouvellement identifiées de l’activité romaine et saxonne antérieure à la fondation de l’abbaye. Une réévaluation des fours verriers sur le site a prouvé non seulement que les travailleurs saxons recyclaient le verre romain importé d’Europe, mais aussi que les fours avaient 300 ans de plus que prévu et étaient associés à la construction des premières églises en pierre autour de l’an 700 Selon Gilchrist, cela ferait du complexe de fabrication de verre du site l’un des plus anciens et des plus importants de l’Angleterre saxonne.

Les chercheurs ont également réévalué le site présumé de la tombe du roi Arthur. Les restes squelettiques et la croix inscrite ont disparu après la dissolution de l’abbaye en 1539, mais l’archéologue Ralegh Radford a affirmé avoir trouvé le lieu de sépulture original lorsqu’il a fouillé à Glastonbury dans les années 1950 et 1960.

Malheureusement, il existe peu de preuves reliant ce site avec le célèbre roi. « Radford a peut-être exagéré sa preuve », explique Gilchrist. « La réévaluation de ses dossiers de fouilles montre qu’il ne s’agissait que d’une fosse dans un cimetière, datant entre le onzième et le quinzième siècle. »

L’analyse de l’église abbatiale du XIIe siècle indique que les moines eux-mêmes ont fait la promotion de la réputation historique du site. Comme ils ont reconstruit l’église après le grand incendie en 1184, au lieu d’utiliser des styles architecturaux contemporains, ils ont inséré des éléments archaïques et rétrospectifs, apparemment pour simuler délibérément l’antiquité.

Il ne fait aucun doute que de nombreux mythes entourant l’abbaye de Glastonbury ont été au moins partiellement créés ou propagés à la fois à la fois médiévale et moderne. Cependant, selon Gilchrist, trop d’attention médiatique s’est concentrée sur les nouvelles preuves qui semblent réfuter les traditions mythiques de Glastonbury. Pour elle, il y a de la place pour que l’archéologie et la légende coexistent.

 « A Glastonbury, les gens répondent à un niveau personnel à l’endroit et à ses résonances historiques, légendaires et spirituelles. Nous n’avons pas prétendu réfuter les associations légendaires et nous ne le souhaiterions pas « , dit-elle. «L’archéologie peut nous aider à comprendre comment les légendes évoluent et ce que croyaient les gens dans le passé.»

En fait, note-t-elle, le projet a découvert la première preuve définitive de l’occupation du site de Glastonbury Abbey au cinquième siècle.

Legends of Glastonbury Abbey  (Une publication de l’Institut archéologique d’Amérique)

 

Totem de l’Hirondelle

« Une seule hirondelle ne fait pas le printemps ; un seul acte moral ne fait pas la vertu » Aristote

L’Accueil et la protection sont essentiels à l’hirondelle, et elle peut vous apprendre à créer et fournir un endroit sûr et d’amour pour ceux dans votre vie. Un endroit que vous pouvez appeler maison, où vous pouvez aller pour échapper à la course folle que la vie jette souvent sur vous ou un lieu de réception.

Ce magnifique être assez agile, manœuvre à travers la vie facilement. L’Hirondelle met en garde contre les tempêtes de la vie et vous enseigne les intempéries de nos difficultés comme une unité; avec elle, vous n’êtes jamais seul…

De son aide vous apprenez à libérer le négatif et a construire le positif; à abandonner les vieux moyens et se déplacer dans chaque nouveau jour comme si c’était une nouvelle vie; de construire à chaque nouveau moment avec objectivité et en travaillant ensemble, vous pouvez créer un monde plus sûr et plus heureux pour tous.

Annonçant le début des mois d’été,l’Hirondelle apporte de la chaleur dans votre vie. Elle vous aide à communiquer, a guider vos mots et a mieux écouter. Elle vous apprend à donner de la joie et de l’amour, ainsi que, comment accepter des autres; enrichir votre vie et de la communauté est son objectif.

Elle enseigne que le rythme normal de la vie ne devrait pas vous consommer, mais qui au contraire, vous devrait élever au-dessus des difficultés et aller de l’avant, peu importe ce que la vie vous réserve. Elle vous aide à rester objectif et voir les choses pour ce qu’elles sont vraiment, sans vous laisser vous enliser dans la vie. Un bon point de vue de la vie, c’est une vie bien remplie. Avec ses conseils, vous êtes libre de vivre la vie parmi les amis et la famille.

Avoir l’Hirondelle dans votre vie signifie que vous pouvez pousser votre chemin à travers tout ce que la vie vous réserve, avec la famille et les amis vous pouvez traverser la tempête. Son don est de vous aider à traverser les tempêtes de la vie et de progresser ensemble. Personne ne sera laissé derrière quand hirondelle vient dans votre vie; tous sont un. Bénissez, l’Hirondelle et ses dons et vous aurez une vie très enrichissante…

 

Porte-bonheur

L’hirondelle symbolise la liberté, le bonheur, la fécondité, l’enthousiasme, la chance, la fidélité, la loyauté, la pureté et l’endurance.

L’hirondelle est un présage d’heureux augure et dans le monde entier est un porte-bonheur. Rêver par exemple d’hirondelles planant au ras de l’eau, est présage de la disparition des ennuis.

En vieux français, hirondelle se disait « aronde », capable de voler de très longues distances (plus de 10 000 kilomètres), l’hirondelle pour les marins est le signe annonciateur de la terre toute proche et par conséquent du retour au foyer bientôt dans les bras de leurs compagnes. L’hirondelle est le symbole d’une personnalité prompte à agir et est le messager de bonnes nouvelles, de bonne santé. Comme le marqueur des équinoxes sur la marche du soleil, l’hirondelle a de plus la réputation d’être le plus intelligent des oiseaux et est aussi considérée comme « l’amie des fleurs ».

« L’hirondelle » de Louise Michel

Hirondelle qui vient de la nue orageuse
Hirondelle fidèle, où vas-tu ? dis-le-moi.
Quelle brise t’emporte, errante voyageuse ?
Écoute, je voudrais m’en aller avec toi,

Bien loin, bien loin d’ici, vers d’immenses rivages,
Vers de grands rochers nus, des grèves, des déserts,
Dans l’inconnu muet, ou bien vers d’autres âges,
Vers les astres errants qui roulent dans les airs.

Ah ! laisse-moi pleurer, pleurer, quand de tes ailes
Tu rases l’herbe verte et qu’aux profonds concerts
Des forêts et des vents tu réponds des tourelles,
Avec ta rauque voix, mon doux oiseau des mers.

Hirondelle aux yeux noirs, hirondelle, je t’aime !
Je ne sais quel écho par toi m’est apporté
Des rivages lointains ; pour vivre, loi suprême,
Il me faut, comme à toi, l’air et la liberté.

L’arbre de vie

« Je suis une Graine 
Voilà ma naissance 
Celle d’un arbre de vie… »

Malik Duranty Auteur

 

7c22f082fd_nodam_1946-1024x768-bd1e7.jpg

Traité sur la Pâque

 

« Cet arbre m’est une plante de Salut Éternel,
De Lui je me nourris, de Lui je me repais.

Par ses racines, je m’enracine
et par ses branches, je m’étends.

Sa rosée me réjouit
et son esprit comme un vent délicieux me fertilise.

A son ombre, j’ai dressé ma tente,
et fuyant les grandes chaleurs
j’y trouve un abri plein de rosée.

Ses feuilles sont ma frondaison,
ses fruits mes parfaites délices,
et je jouis librement de ses fruits,
qui l’étaient depuis l’Origine réservés.

Il est dans la faim ma Nourriture,
dans la soif ma Source
et mon Vêtement dans la nudité
car ses feuilles sont l’Esprit de vie…

Quand je redoute Dieu, Il est ma protection
et quand je chancelle mon appui,
quand je combats mon prix
et quand je triomphe mon trophée.

C’est pour moi le Sentier étroit et la Route resserrée ;
c’est l’Échelle de Jacob et le Chemin des Anges
au sommet duquel le Seigneur est vraiment appuyé.

Cet arbre aux dimensions célestes
s’est élevé de la terre aux Cieux,
se fixant, plante éternelle, au milieu du Ciel et de la terre,
Soutien de Toutes choses et appui de l’univers,
support de Toute terre habitée et joint du monde,
tenant assemblée la variété de la nature humaine
et cloué par les chevilles invisibles de l’Esprit,
afin qu’ajusté au Divin, Il n’en soit plus détaché.

Touchant par son faîte le sommet des Cieux,
affermissant la terre par ses pieds
et étreignant de Tous côtés par ses mains immenses
l’esprit nombreux de l’air entre le Ciel et la terre,
il était Tout entier en Tout et partout.
Amen ! »

Saint Hippolyte de Rome (170-235)  

Rituel d’Imbolc L’étincelle jusqu’au printemps

Par Thea Sabin (traduction par Naturelle)
Vous pourriez dire qu’Imbolc est comme un défibrillateur dans le cycle des sabbats. Il secoue la terre dans son sommeil et nous pousse à nous sortir de notre léthargie hivernale et nous préparer pour le printemps. L’énergie d’Imbolc est une poussée vers la vie, c’est ce pouvoir magique qui fait germer la graine soudainement dans son long sommeil, c’est le moment ultime contenant tout son potentiel juste avant qu’elle n’éclose. Ce n’est pas seulement un nouveau départ. C’est aussi le désir, la passion et la motivation de recommencer; l’énergie et la volonté de passer de l’immobilité au mouvement. Le rituel suivant utilise la terre, l’air, l’eau, le feu, et un peu d’aide de Brigid pour vous aider à chasser la torpeur de Janvier et exploiter la puissance de l’énergie d’Imbolc.
Les éléments nécessaires:
• petite table / autel
• nappe d’autel, de préférence rouge ou blanche
• chaudron ou autre récipient résistant à la chaleur, de la taille d’un bol moyen, à demi rempli de terre (utiliser un plus grand chaudron, si plus d’une personne participe) • sous-plat ou mitaine de four
• moule à tarte moyen résistant à la chaleur ou une plaque
• quatre bougies blanches avec leurs bougeoirs, ou quatre bougies blanches en pot • une bougie rouge par personne, de préférence un cierge
• allumettes ou briquet
• environ un pied de cordon ou de ruban de couleur d’OR mince par personne
• athamé ou baguette (optionnel)
• gobelet ou tasse d’eau pour chaque personne
Préparation: Il sera utile de lire soigneusement ce rituel et de pratiquer la technique de respiration décrite quelques fois avant le rite. Il est préférable de faire de rituel à la nuit tombée.
Comme Imbolc est associé à la purification, un bain rituel est un bon moyen pour se mettre dans le bon état d’esprit. Si vous n’êtes pas trop « type bain », prenez une douche à la place. Elle n’a pas les avantages d’une bonne immersion, mais vous devenez quand même propre, et les ions négatifs du jet d’eau peuvent vous aider à vous détendre et vous préparer pour la cérémonie. Si vous n’avez pas le temps de prendre une douche complète, vous pouvez mélanger un peu de sel avec de l’eau dans une tasse incassable — bénissez ce mélange et énoncez l’intention du rituel à venir en remuant l’eau et le sel – et versez sur le dessus de votre tête sous la douche. Ceci transformera votre douche rapide en une véritable ablution avant le rituel. Si vous faites ceci, assurez-vous de bien fermer les yeux et de bien les rincer.
Le port de vêtements blancs est très approprié pour ce sabbat, car le blanc est associé à la pureté et à la nouveauté. Le port de votre « costume de naissance » est aussi très approprié; retirer ses vêtements est une manière de décrocher du monde ordinaire et d’entrer plus intensément dans l’état d’esprit du rituel, dans un état magique.
Mise en place: Placez l’autel au centre de l’espace rituel et couvrez-le avec la nappe. Mettez le chaudron au centre de l’autel et le sous-plat à côté de celui-ci. Placez l’assiette à tarte sur le sous-plat. Placez une bougie blanche, éteinte, dans son bougeoir à chaque point cardinal (est, sud, ouest, nord). Posez les allumettes, la ou les bougie(s) rouge(s), le ou les cordon(s) or, et votre athamé (ou baguette) sur l’autel. Si vous faites le rituel en solitaire, placez le gobelet d’eau sur l’autel aussi. S’il y a plusieurs participants, mettez un gobelet pour chaque personne et une cruche pleine d’eau sous ou près de l’autel, où ils ne pourront être renversés.

Rituel

Quand tout est mis en place, asseyez-vous parterre, face à l’autel et prenez quelques profondes respirations. Prenez le temps de vous ancrer et de vous centrer.
En vous levant, prenez votre athamé (ou baguette), et déplacez-vous vers l’est, la direction des nouveaux commencements, pour projeter votre cercle. Déplacez-vous dans le sens horaire, en vous assurant que les bougies des 4 éléments sont à l’intérieur de la « ligne » du cercle. Si vous n’avez pas d’athamé (ou de baguette), il suffit d’utiliser vos doigts, ou de visualiser le cercle qui se forme lorsque vous projetez votre énergie tout autour.
Utilisez les mots comme vous le faites habituellement pour projeter le cercle, ou faites-le en silence, ou dites quelque chose de simple, tel que:
Je trace ce cercle de sorte qu’il puisse repousser toutes les énergies négatives à l’extérieur de cet espace sacré et qu’il garde toute la magie à l’intérieur.
Une fois que vous avez terminé de projeter votre cercle, remettez votre athamé sur l’autel. Prenez les allumettes, allez à l’est, allumez la bougie et dites quelque chose comme:
  • Pouvoirs de l’Est, Puissances de l’Air, nous vous saluons. Joignez-vous à nous ce soir et secondez-nous dans notre rituel.
  • Répéter l’opération avec chacun des autres éléments/points cardinaux, en vous déplaçant dans le sens horaire.
  • Pouvoirs du Sud, Puissances du Feu, nous vous saluons. Joignez-vous à nous ce soir et secondez-nous dans notre rituel.
  • Pouvoirs de l’Ouest, Puissances de l’Eau, nous vous saluons. Joignez-vous à nous ce soir et secondez-nous dans notre rituel.
  • Pouvoirs du Nord, Puissances de la Terre, nous vous saluons. Joignez-vous à nous ce soir et secondez-nous dans notre rituel.
Retournez debout devant l’autel, ou tout le groupe peut se tenir debout dans un cercle autour de l’autel. Prenez une bougie rouge et plantez-la dans la terre du chaudron comme dans un bougeoir. Dites quelque chose comme:
Depuis plusieurs mois, la terre est en dormance. Mais maintenant, avec la lumière qui croît chaque, nous sentons l’Étincelle de Vie qui commence à jaillir.
Allumez la bougie et prenez un instant de silence.
Ensuite, invoquez Brigid en disant quelque chose comme:
Brigid, déesse de la poésie, de l’inspiration, de l’accouchement et de la forge, nous profitons de ce rituel d’Imbolc pour te rendre hommage et demander ta bénédiction. Fais-nous grâce de ta présence ce soir.
(Note: Si vous n’avez pas l’habitude de travailler avec Brigid ou si vous préférez invoquer un autre dieu ou déesse, n’hésitez pas à changer l’invocation pour l’adapter à votre divinité choisie).
S’il y a plusieurs participants, chaque personne prend une bougie rouge, il l’allume à la bougie du centre, et la plante dans la terre du chaudron. Si votre groupe est grand, demandez aux premiers participants de placer leur bougie dans un cercle étroit autour de la bougie du centre, et les suivants en cercle autour de celui-ci. Ainsi ils ajouteront les bougies en partant du centre vers l’extérieur. Cela réduit le risque de se brûler. Dites à tous d’essayer de se rappeler laquelle est sa bougie.
Ensuite, si vous travaillez en solo, prenez la coupe d’eau à deux mains et levez-la au-dessus de l’autel. Si vous travaillez avec un groupe, versez un gobelet d’eau pour chaque participant et tout le monde lèvera son gobelet au-dessus de l’autel en même temps. Dites quelque chose comme:
Brigid, nous te demandons de bénir l’eau de cette coupe. Qu’elle nous purifie et nous apporte toutes les bénédictions de guérison de ta source sacrée. Qu’elle nettoie tous les résidus de la vieille année pour faire place à la nouvelle.
Buvez l’eau, visualisez l’énergie de guérison de Brigid qui nettoie les impuretés et toute l’énergie résiduelle négative de la dernière année de votre corps.
Si vous travaillez en solo, attendez jusqu’à ce que vous ayez ressenti la bénédiction de Brigid, puis remettez la coupe sur ou sous l’autel, prenez le cordon d’or, et asseyez-vous parterre. Si vous travaillez avec un groupe, chacun prend une corde d’or et s’assoit une fois qu’il a ressenti la bénédiction.
Ensuite, pensez à une chose ou une qualité que vous voudriez réaliser dans la prochaine année. Concentrez-vous sur cette chose, dites-la à haute voix, et visualisez-la en train de se réaliser en même temps que vous faites un nœud dans le cordon d’or. Si vous travaillez avec un groupe, tout le monde peut le faire en même temps. S’il y a plus d’une chose que vous voulez travailler, faites un nœud pour chaque chose, en les nommant à haute voix et en les visualisant en train de se réaliser. Essayer de vous en tenir à trois choses ou moins, sinon, votre énergie sera peut-être trop dispersée. Prenez votre temps et concentrez-vous.
Une fois que vous avez fait vos nœuds, tenez le cordon à deux mains, augmenter l’énergie tout en visualisant votre objectif, et dirigez l’énergie dans le cordon d’or. Si possible, utilisez cette version légèrement modifiée de la technique du «souffle de feu» pour élever l’énergie:
Asseyez-vous avec vos genoux pliés sous vous et vos fesses reposant sur vos talons. Si vous ne pouvez pas tenir cette position pendant quelques minutes, asseyez-vous les jambes croisées. Tenez-vous droit et étirez votre colonne vertébrale, surtout si vous êtes assis les jambes croisées. Prenez une longue et profonde inspiration que vous envoyez dans votre ventre, et expirez lentement. Refaites-le quelques fois encore. Veillez à ne pas accélérer. Une fois que vous êtes dans le rythme de la respiration profonde, prenez une autre longue et profonde inspiration, et une fois que vos poumons et votre diaphragme sont vraiment pleins, expirez rapidement. Vous ferez un son « soufflant » au moment où vous faites sortir l’air. Continuez à faire cela. Quand vous avez pris le tour, commencer à accélérer les respirations, mais n’oubliez pas d’inspirer profondément.
Votre respiration va commencer à ressembler à un train qui produit de la vapeur. Continuez à respirer de plus en plus vite jusqu’à ce que vous atteigniez un rythme confortable, mais rapide. Vous devriez sentir un essoufflement, sans être à bout de souffle. Attention de ne pas aller trop vite et ainsi, vous priver d’oxygène!
Lorsque l’énergie que vous soulevez a atteint son maximum, dirigez-la immédiatement dans votre cordon. Voyez l’éclat de l’énergie sur votre cordon.
Si vous ne pouvez pas faire la respiration parfaitement du premier coup, ne vous inquiétez pas. Elle soulève l’énergie même quand elle n’est pas parfaite. Si vous êtes asthmatique, essayez plutôt de taper des mains pour augmenter l’énergie. Placez le cordon sur vos genoux et taper sur vos cuisses à deux reprises (pas trop fort), puis taper dans les mains deux fois. Répéter. Commencez lentement et augmentez la vitesse jusqu’à ce que l’énergie ait atteint son maximum. Ensuite, dirigez l’énergie dans votre cordon. Et voyez l’éclat de l’énergie sur votre cordon.
Peu importe la manière que vous avez choisi d’élever l’énergie, poussez-la autant que vous pouvez dans le cordon, puis ancrez-vous au sol et recentrez-vous.
Lorsque vous vous êtes bien ancré à la terre, levez-vous et apportez le cordon sur l’autel.
Allumez le cordon d’or à la bougie rouge de Brigid. Quand il est enflammé (et avant de vous brûler les doigts), déposez-le sur la plaque résistante à la chaleur (l’assiette à tarte sur le sous-plat). Tandis qu’il se consume, visualisez que vos demandes sont envoyées dans l’univers. Si vous travaillez dans un groupe, tout le monde fait la même chose à chacun son tour. Assurez-vous que le cordon a brûlé jusqu’en cendre. Si vous devez l’aider avec une allumette, faites-le.
Une fois que le cordon de tout le monde est brûlé, rendez grâce à la déesse:
Gracieuse Brigid, nous te remercions d’avoir partagé tes bénédictions avec nous ce soir.
À partir de l’est, remerciez chaque élément, en disant quelque chose comme:
  • Pouvoirs de l’Est, Puissances de l’Air, nous vous remercions et vous disons au revoir. (Éteindre la bougie)
  • Pouvoirs du Sud, Puissances du Feu, nous vous remercions et vous disons au revoir. (Éteindre la bougie)
  • Pouvoirs de l’Ouest, Puissances de l’Eau, nous vous remercions et vous disons au revoir. (Éteindre la bougie)
  • Pouvoirs du Nord, Puissances de la Terre, nous vous remercions et vous disons au revoir. (Éteindre la bougie)
Bannissez le cercle en le traçant dans le sens antihoraire avec votre athamé, ou de la façon que vous le faites normalement.
Demandez aux participants de reprendre leur bougie rouge et de la mettre dans un bougeoir dans un endroit spécial. Entre aujourd’hui et Ostara, allumez-la de temps à autre et méditez sur ce que vous avez demandé à Brigid de vous aider à atteindre. Finissez de brûler la chandelle à Ostara.
Ajoutez les cendres des cordons à la terre du chaudron et déposez le tout dans votre jardin ou dans quelque autre endroit approprié.
Joyeux Imbolc et soyez bénis!
Source : Llewellyn’s Sabbats Almanac: Samhain 2010 to Mabon 2011, Annual – Almanac, ISBN : 9780738714974, English, 312 pages, format 5 x 8 IN, publication July 2010