Pleine lune de wesak…et moi et moi émois : l’énergie de la révolte

Le Wesak est la Descente et la Bénédiction des énergies Bouddhique et Christique : Le Bouddha et le Christ viennent ensemble bénir la Terre et toute l’Humanité à la Pleine Lune en face du Taureau de chaque année.

 

Les deux Maîtres Ascensionnés Bouddha et Jésus Sananda s’unissent pour apporter à la Terre, l’énergie d’Amour Universel. Ils posent sur Terre, l’énergie de la Compassion. La compassion est l’Amour sans condition. Il nous incite à abandonner le mental en vivant la simple Présence dans l’instant présent. Ils nous connectent ainsi avec nos Univers multidimensionnels.

 

Le jour du Wésak, essayez de prendre  plus conscience du Divin en vous. Faîtes l’unité totale entre vous et Vous, c’est à dire entre la matière physique qui vous entoure et la matière spirituelle et divine.

Pas besoin de grands mots, pas besoin de grandes phrases ! Il vous suffira simplement d’ouvrir votre cœur, d’être en réception de ce que l’Univers déposera en vous.

Pour vous préparer à vivre ce magnifique moment, portez à haute voix vos demandes.

L’énergie est CONSTRUCTIVE ❤ 

 

ET EN 2018, BELTANE

 

Beltane, également appelé « Veille de mai », se fêtait chez les Celtes durant la nuit de la première pleine lune de mai. La veille du premier mai,  est dédiée aux élémentaux, les sylphides, les ondines, les gnomes, les salamandres.  C’est aussi la fête des elfes et des fées.

C’est une nuit magique ou le voile entre leur monde et le nôtre est ténu ; cette nuit appartient à ces esprits et ceux-ci peuvent parfois être vus par les mortels.

 

 

 

 

Symboles et correspondances

Encens : lilas, muguet.
Arbres : arbres fruitiers en fleurs, saule, aubépines.
Fleurs : lilas, muguets, fleurs de mai.
Couleurs : rose, vert tendre, mauve, jaune.
Chandelles : vertes, roses, mauves.
Pierres : émeraude, saphir, quartz rose.
Planète : Vénus, Lune.
Carte du tarot : Grand prêtre, arcane majeur 5.
Influence : intelligence, joie.

fontaine-zen

C’est une nuit magique…pensez à

Faire vos huiles enchantées

Faire vos eaux magiques

 

 

 

 

Publicités

Apply to be a Group Organiser for Beltane 2018!

Beltane, cette nuit

Beltane Fire Society

Dear community, ye creatives, visionaries, revellers and mischief makers! It’s getting close to that time again when we start to collaboratively form the basis of our Beltane Fire Festival. To begin this process, we would like to invite submission of Group Organiser applications.

We are looking once more for a band of intrepid volunteer Group Organisers to help tell our story of Beltane. As a GO, your role will involve developing your story and key moments in close collaboration with the Beltane Court and Blues; recruiting and managing volunteers; making props and costumes; choreographing your activity, music or rhythms; and contributing to the combined body and voice of our event. In return we can offer you an amazing experience during which you’ll learn new skills, meet new people, and make a difference to others by helping them on their journey to celebrate the start of Summer.

To help guide and…

Voir l’article original 2 624 mots de plus

L’Esprit d’Avalon

« Il était une fois une île sacrée, raconte la légende, où des prêtresses étudiaient les loi de l’Esprit et vénéraient la Déesse et la Force divin présentes en toutes choses. Cette île de l’ancienne Bretagne, s’appelait Avalon, et pendant très longtemps, elle a été gouvernée par la déesse.

Les Prêtresses d’Avalon, au front orné d’un croissant de lune bleu, avaient pour mission de préserver le caractère sacré des rites de leur culte… jusqu’à l’arrivée des Romains, dont les églises chrétiennes délogèrent la tradition druidique ; ont dit que seules les prêtresses avaient le pouvoir de fendre les brumes magiques qui flottaient alors au-dessus des eaux encerclant Avalon… pour atteindre ses rivages.

On raconte également que sous l’effet du mélange des cultures païenne et chrétienne, à l’époque de la légende du roi Arthur, l’influence d’Avalon s’est estompée, en même temps que ses contours à jamais disparus dans les brumes.

Et pourtant,les gens se rendent encore par milliers chaque année dans le Somerset, en Angleterre dans l’espoir d’établir une connexion mystique avec Avalon, dont l’influence a perduré jusqu’à nos jours.

Ils visitent Glastonbury Tor, là où aurait été située Avalon, dont on dit qu’elle continue toujours d’exister dans une autre dimension…

Glastonbury-Tor-tower

 

… Si Avalon et sa Déesse se sont évanouies dans les brumes, qu’elles ne sont plus à notre portée sur le plan matériel, devenues « irréelles » en raison d’un tournant dans le champs de la conscience collective, il n’en demeure pas moins qu’Avalon est encore parmi nous en esprit, prête à partager sa sagesse sacrée avec tous ceux qui s’y intéressent véritablement.
Il suffit de fermer les yeux, de croire en ses pouvoirs magiques et demander « Qu’elle est la voie à suivre ? Où est le bien ? Où sont la vérité de la lumière ? » pour qu’elle nous indique le chemin.

Avalon est le lieu symbolique du mystère sacré, mémoire vivante de la conscience Divine en chacun de nous. Nous sommes destinés à emprunter le sentier symbolique qui mène aux rives d’Avalon pour découvrir notre véritable nature, les motivations et le conséquences de nos actes, et notre responsabilité envers tout ce qui vit. De nos jours, le chemin vers Avalon est à l’intérieur de nous, tandis que ses manifestations sont à l’extérieur.

Accéder au Divin, c’est se connecter à son cœur.

Puissiez vous baigniez pour toujours dans l’amour de la Déesse. »

Colette Baron-Reid « La sagesse d’Avalon »

 

Légendes de l’abbaye de Glastonbury

Bien qu’elle soit aujourd’hui en ruines, l‘abbaye de Glastonbury, dans le Somerset, en Angleterre, est toujours un lieu puissamment évocateur, entouré d’histoire, de religion et de mythologie. Une histoire prétend que Joseph d’Arimathea, gardien légendaire du Saint-Graal, a fondé la première église chrétienne en Grande-Bretagne à Glastonbury peu après la mort du Christ. Un autre soutient qu’en 1191, des moines de l’abbaye ont déterré une bûche évidée contenant deux corps et une croix inscrite qui disait: «Ici se trouve enterré le roi Arthur et sa femme Guenièvre».

Trenches-England-Glastonbury-Abbey

Les traditions et les mythes qui entourent l’abbaye de Glastonbury sont peut-être les principales raisons pour lesquelles elle est devenue l’un des monastères les plus importants et les plus riches d’Europe. Mais les sceptiques ont longtemps décrié ces histoires comme des inventions par des moines médiévaux pour remplir les coffres de l’abbaye, surtout après un incendie massif détruit le monastère en 1184.

L’archéologue Roberta Gilchrist de l’Université de Reading a récemment achevé un projet pluriannuel Glastonbury Abbey, non encombré par des hypothèses antérieures fondées uniquement sur le mythe. «L’abbaye de Glastonbury occupe une place unique dans l’histoire du monachisme médiéval et dans le développement de l’identité culturelle anglaise», explique Gilchrist. « Pourtant, malgré sa signification historique et culturelle, on en savait relativement peu sur l’archéologie de l’abbaye. »

La plupart des efforts du projet Glastonbury Abbey Project ont été axés sur la réévaluation des données des fouilles précédentes. De 1904 à 1979, au moins 36 fouilles ont été achevées, mais une grande partie de ce matériel a été perdu ou jamais publié. Il a également été souvent mal interprété. Mme Gilchrist et son équipe ont passé plusieurs années à parcourir des archives d’un siècle, ainsi qu’à effectuer de nouvelles datations au radiocarbone et à analyser la composition chimique d’artefacts déjà excavés. «Nos objectifs étaient d’évaluer la signification scientifique des fouilles et de fournir une nouvelle source historique de preuves pour la compréhension du site», explique Gilchrist.

Tranchées Angleterre Glastonbury Glass

(Photo: C. Steele)

Verre de l’abbaye de Glastonbury

 

Les découvertes du projet soulignent la longue et complexe histoire de Glastonbury, y compris les preuves nouvellement identifiées de l’activité romaine et saxonne antérieure à la fondation de l’abbaye. Une réévaluation des fours verriers sur le site a prouvé non seulement que les travailleurs saxons recyclaient le verre romain importé d’Europe, mais aussi que les fours avaient 300 ans de plus que prévu et étaient associés à la construction des premières églises en pierre autour de l’an 700 Selon Gilchrist, cela ferait du complexe de fabrication de verre du site l’un des plus anciens et des plus importants de l’Angleterre saxonne.

Les chercheurs ont également réévalué le site présumé de la tombe du roi Arthur. Les restes squelettiques et la croix inscrite ont disparu après la dissolution de l’abbaye en 1539, mais l’archéologue Ralegh Radford a affirmé avoir trouvé le lieu de sépulture original lorsqu’il a fouillé à Glastonbury dans les années 1950 et 1960.

Malheureusement, il existe peu de preuves reliant ce site avec le célèbre roi. « Radford a peut-être exagéré sa preuve », explique Gilchrist. « La réévaluation de ses dossiers de fouilles montre qu’il ne s’agissait que d’une fosse dans un cimetière, datant entre le onzième et le quinzième siècle. »

L’analyse de l’église abbatiale du XIIe siècle indique que les moines eux-mêmes ont fait la promotion de la réputation historique du site. Comme ils ont reconstruit l’église après le grand incendie en 1184, au lieu d’utiliser des styles architecturaux contemporains, ils ont inséré des éléments archaïques et rétrospectifs, apparemment pour simuler délibérément l’antiquité.

Il ne fait aucun doute que de nombreux mythes entourant l’abbaye de Glastonbury ont été au moins partiellement créés ou propagés à la fois à la fois médiévale et moderne. Cependant, selon Gilchrist, trop d’attention médiatique s’est concentrée sur les nouvelles preuves qui semblent réfuter les traditions mythiques de Glastonbury. Pour elle, il y a de la place pour que l’archéologie et la légende coexistent.

 « A Glastonbury, les gens répondent à un niveau personnel à l’endroit et à ses résonances historiques, légendaires et spirituelles. Nous n’avons pas prétendu réfuter les associations légendaires et nous ne le souhaiterions pas « , dit-elle. «L’archéologie peut nous aider à comprendre comment les légendes évoluent et ce que croyaient les gens dans le passé.»

En fait, note-t-elle, le projet a découvert la première preuve définitive de l’occupation du site de Glastonbury Abbey au cinquième siècle.

Legends of Glastonbury Abbey  (Une publication de l’Institut archéologique d’Amérique)