Samain, veille de Toussaint : Nouvelle année celte

 J’ai beaucoup apprécié ce texte qui synthétise ce qu’est SAMAIN.
Transmis par Aladys de façon plus confidentielle, c’est avec son autorisation que je partage ici. (merci à elle).
Elyonah


Samain

Samain, Samonios, Samhuinn, Nuit des Ancêtres, Festival des Morts, Veille de Novembre, Calangaef, Samhain, Shadowfest, Martinmas, Old Hallowmas (Ecossais,Celte), Hallowe’en, Hallowmas, All Hallow’s Eve (qui veut dire Veille de la Toussaint), Halloween, Jour des Morts, Fête des Esprits, Troisième récolte, Veille de Toussaint, Nouvelle année celte, Tir-na-Nogh’th (gaélique), Hiver celte, Samana, Festival de Pamona, Vigil of Saman, Vigil of Todos, Santos, fête des pommes…

Samhain est le premier de l’an Celte car chez les Celtes, comme chez de nombreux pleuples, le cycle ne commence pas à la naissance visible des choses mais à la naissance réelle, comme le coeur d’un enfant bat dès sa conception. Le jour commence à minuit, chaque part de lumière contient son potentiel de nuit et Samonios dans sa nuit la promesse du futur soleil et donc de la nouvelle année.

Samhain signifie rassemblement, réunion. C’était l’époque du rassemblement du bétail dont le retour était balisé par des feux allumés le long des chemins. Ces feux nous guident pendant les rituels actuels vers le chemin du futur. On dit qu’il signifie aussi « fin de l’été » ou encore novembre en gaélique.

La fin de l’été marquait le début de la nouvelle année. Car tout nouveau commencement vient du silence obscur de l’hiver. Au seuil de la moitié sombre de l’année, nous devons apprendre à nous défaire du passé pour envisager l’avenir sous un nouveau jour. A Samhain, nous apprenons par la séparation et nous laissons mourir ce qui n’est plus utile dans nos vies, ce qui ne nous convient plus. Ayant récolté les fruits de la culture de notre âme cette année, nous commençons maintenant à nettoyer les champs intérieurs.
Cette image champêtre est très importante à garder à l’esprit car tout tournait autour du cycle de la nature et des saisons. Le cycle de la vie et de la mort.

samhain perso.jpg

Samhain vient du Festin des Morts celte. Il est assimilé à la lune noire. Le voile entre les deux mondes est d’une finesse inégalée dans l’année. La nuit pendant laquelle la communication avec eux est la plus facile puisque les frontières du Sidh (le monde des morts) sont quasiment inexistantes. Les travaux magiques sont donc favorisés. Dans le système de croyance celte, la Transition avait une importance sacrée. La mort, le passage d’une année à une autre créent de la magie.

Ainsi les Gaulois éteignaient les feux de leur foyer pour aller se rassembler autour d’un autre dehors. Les Druides étouffaient alors ce feu (mort) puis le faisaient renaître en frottant des branches de chêne (arbre sacré). Ils honoraient le Dieu du soleil et effrayaient par la même occasion les mauvais esprits. Les chefs de famille recevaient une braise venant de ce feu rituel pour allumer celui de leur foyer qui devait brûler sans discontinuer jusqu’à l’automne suivant. C’était un rituel de protection.

Jadis on considérerait que c’était une période sacrificielle. On sacrifiait des animaux afin de ne pas manquer de nourriture pendant l’hiver.

C’était la nuit de Samhain que le haut-roi d’Irlande était symboliquement mis à mort avant de renaître pour une nouvelle année de règne.

Divinités :

Dans la mythologie irlandaise Samhain représentait la Seconde Bataille de Mag Tuiredh et l’union des déesses Morrigan et Boann avec Dagda qui assurait l’éternelle roue de la fertilité naturelle : Morrigan est la Déesse des combats, elle règne sur les champs de batailles où elle guide les guerriers de ses prédictions. Ainsi, elle aida les Tuatha dé Danann lors de la bataille de Moy Tura. Elle s’unit à Dagda la nuit de Samhain, dans le lit de la rivière Boyne.

11111

 

L’image du Dieu mourant est particulièrement utilisée ainsi que les déesses suivantes qui représentent la Vieille Femme : Cailleach, Hecate, Hel, Inanna, Macha, Mari, Psyche, Ishtar, Lilith, The Morrigu/Morrigan, Rhiannon et Cerridwen. On sent la présence de la Vieille-Femme-La-Mort de Marion Zimmer Bradley. C’est elle qui ouvre les portes de l’Ouest donnant sur le Pays d’été (Lieu où se retrouvent les défunts). Elle symbolise la Mort, la régénération, les sciences occultes, la médecine, la Sagesse des siècles… Elle nous assiste dans la mort, nous amène dans les entrailles de la Terre Mère puis nous guide pour renaître. En effet c’est elle qui nous aide à faire le point sur notre vie. De sa sagesse nous apprenons les leçons des expériences passées afin d’entrer dans la vie nouvelle gratifiés de qualités spirituelles héritées de l’existence qui vient de s’achever.

Lors de cette fête, les wiccans font leurs adieux au Dieu. Mais il s’agit d’un au revoir. Le Dieu n’est pas enveloppé des ténèbres éternelles : il se prépare à naître de nouveau de la Déesse à Yule. Le Dieu (identifié aux animaux) tombe pour assurer la continuité de notre existence.

Par la suite, la fête celte de Samhain est devenue la fête chrétienne de la Toussaint : la fête des morts.

Rituel et traditions :

¤ Le jour de Samhain les païens font appel à La Vieille Femme pour se débarrasser des habitudes gênantes et de ses faiblesses. C’est une période d’introspection qui prolonge celle de Mabon. La mort est omniprésente alors on réfléchit aux personnes que l’on aime et à celles que l’on a perdues. Samhain relance notre confiance en nous ce qui en fait une période idéale pour les rituels de protections, de bannissement d’habitudes, le tirage des cartes, des runes ou tous les travaux de divinations.

¤ Le Druide ouvre la porte de l’ouest, bannissant les limites entre les mondes des vivants et des morts. Il s’agit de rencontrer les Ancêtres, de s’ouvrir à leur mémoire, à leur sagesse à leur amour… et de leur dire combien nous les honorons, les respectons et les aimons.
La porte doit être soigneusement refermée, chacun chez soi, les morts chez les morts, les vivants chez les vivants.

Gestes que l’on peut effectuer :
¤ Laisser une assiette de nourriture dehors pour les âmes errantes des défunts
¤ Enterrer des pommes ou des grenades pour nourrir les esprits sur le chemin de la renaissance
¤ Laisser une place à table pour les défunts
¤ Boire du cidre chaud avec de la cannelle pour honorer les morts
¤ Fabriquer une bougie pour les esprits :
Bougie blanche ointe avec de l’huile de patchouli
Dire :  » Avec cette bougie et par sa lumière, je vous souhaite la bienvenue, Esprits, en cette nuit de Samhain « 
Placer la bougie à l’intérieur d’une lanterne
¤ Préparer les bougies rituelles que vous utiliserez pendant l’année
¤ Prendre des résolutions
Les écrire sur un parchemin et les brûler à une bougie noire votive placée dans le chaudron sur l’autel
¤ S’embrasser sous le gui (pratique de nouvel an celte)
¤ Placer une chandelle à la fenêtre pour guider les esprits vers le Pays d’été.

11

Plantes :
Gui, Citrouille, Armoise commune, Poivre ou piment de Jamaïque, Herbe aux chats, Belladone, Mandragore, Chêne, Sauge, Soucis, chrysanthèmes et autres fleurs automnales

Nourriture :
Navets, Betteraves, Pommes, Oignons, Miel, Calebasse, Potiron, Noisettes, Noix, Pain d’épice, Vin chaud, Maïs…

Crédits : © Aladys (Michèle Michaux) & DR
Publicités

2 réflexions au sujet de « Samain, veille de Toussaint : Nouvelle année celte »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s