Magie du myrte

J 'aimerai vous présenter une de mes plantes préférée. Elle est commune par chez nous. Tellement que je n'y prêtais guère attention. Bien sur j'ai chez moi un petit flacon d'HE de myrte commun, que j'utilise lorsque je suis enrhumée mais côté magie, je n’étais jamais vraiment questionnée. Ici ou là, sur le web on … Continuer de lire Magie du myrte

Anges et zodiaque

C'est en lisant Angel en conjonction Neptune dans les poissons que j'ai eu envie de refaire le point sur les énergies (anges) du zodiaque. Bonne lecture.   Les anges sont des figures symboliques, réparties dans les 72 secteurs ou sphères d'influence du zodiaque, dont chacun a des significations particulières. Le zodiaque est constitué de 12 … Continuer de lire Anges et zodiaque

La première lune: Je suis Toi

Nadeije Athlan

le 23 mars 2016

Nous entrons dans un nouveau cycle de 13 lunes avec la première lune de ce cycle. Ceux et celles qui suivent mon blogue depuis deux ans, ce sera pour vous une révision. Pour les autres, bienvenue dans le monde fascinant des influences lunaires!

JE SUIS TOI

La première lune nous parle de la Fusion de laquelle nous venons. Au début, nous sommes Un, unité, indivisé(e).
Nous sommes cré(e)es dans la matrice maternelle, et il n’y a pas de différence, pour nous, entre notre mère et nous.
Ce que ma mère vit, je le vis aussi. Ce qu’elle ressent, je le ressent.

Il n’y a pas différence entre le monde qui m’entoure, mon univers, l’utérus et moi-même.

Si ma mère vit des stress, je les vis comme un tourbillon passager et je ne m’interroge nullement. C’est la vie.
Même si ces stress laisseront une trace en moi…

Voir l’article original 403 mots de plus

L’impuissance comme idéal de beauté des femmes – figures de la laideur féminine

LA SORCIERE )O(
==================

Du XVe jusqu’à la fin du XVIIe siècle eut lieu l’un des gynécides les plus meurtriers du monde occidental : la chasse aux sorcières. Armelle Le Bras-Chopard, dans son livre Les Putains du Diable, estime qu’environ 80% des personnes condamnées pour sorcellerie étaient des femmes2. Pierre de Rosteguy de Lancre, un magistrat chargé d’enquêter sur le crime de sorcellerie au Pays Basque pendant le XVIIe siècle, déclara : « Au nombre des prévenus de la sorcellerie, qu’on mène au Parlement, il y a dix fois plus de femmes que d’hommes »3. Jean Bodin, un magistrat démonologue du XVIe siècle, estimait lui, que la proportion de femmes jugées pour sorcellerie était 50 fois plus importante que celle des hommes4. On considère qu’il y aurait eu près de 100 000 procès et 600 000 condamnations en Europe durant cette période5. Mais qui étaient au juste ces sorcières ? Et que leur reprochait-on ?

Les sorcières étaient avant tout des femmes qui, dans leur manière de vivre, ne se soumettaient pas au modèle de vie féminin1. Il s’agissait souvent de femmes seules, isolées socialement, parfois sujettes à des maladies mentales ou physiques, et qui subvenaient occasionnellement à leurs besoins grâce à la mendicité ou la médecine1,5. Autonomes, elles étaient considérées comme des femmes déviantes. De Lancre décrivit ainsi une femme accusée de sorcellerie3 :

Cette femme […] avait renoncé en quelque sorte à son sexe pour prendre la nature d’un homme, ou plutôt d’un hermaphrodite. Elle avait en effet l’expression, le langage, le maintien d’un homme et encore d’un homme rude, d’un sauvage qui n’est jamais sorti de ses forêts.

Certaines sorcières étaient des guérisseuses, des « médéciennes » ou des sages-femmes, qui possédaient donc des connaissances médicales1,2. Au Moyen Âge, les savoirs médicaux, en particulier ceux liés au corps féminin et au contrôle de la fertilité, étaient principalement détenus par des femmes. Si cette médecine était essentiellement empirique et basée en grande partie sur les propriétés des plantes1, on peut noter cependant la contribution de quelques très grandes « savantes »2, par exemple Trotula de Salerne, qui au XIe siècle, écrivit plusieurs ouvrages sur la santé des femmes, ou encore Hildegarde de Bingen, qui au XIIe siècle, fut l’une des plus grandes « médéciennes » de son époque, et écrivit plusieurs livres sur la physiologie ou sur le traitement des maladies. C’est précisément à cause de ces connaissances que les sorcières furent la cible de l’Eglise, mais aussi des médecins. La chasse aux sorcières a en effet été menée au moment où les hommes cherchaient à reprendre en main la médecine et à l’établir en tant que science. On a d’ailleurs appelé « Renaissance médicale » ce renouveau de la médecine6,7.

J._Sprenger_and_H._Institutoris,_Malleus_maleficarum._Wellcome_L0000980Ce gynécide massif ne s’est pas produit à n’importe quel moment. Selon Armelle Le Bras-Chopard, les femmes ont acquis tout au long du Moyen Âge un pouvoir grandissant2. À la fin de celui-ci, elles disposaient d’une certaine autonomie et d’un pouvoir relatif. Les XVe et XVIe siècles sont marqués par l’accès au pouvoir politique de plusieurs femmes en Europe, comme Isabelle la Catholique, Marguerite d’Autriche, Marie Stuart ou encore Catherine de Médicis. Les écrits des hommes de cette époque traduisent une peur : celle d’une réelle libération des femmes. Visiblement inquiet, l’inquisiteur Henri Institoris (de son vrai nom Heinrich Kramer) écrivit en 1486 que « Ce temps-ci est le temps de la femme » dans son célèbre ouvrage, le Malleus Maleficarum8 (le Marteau des Sorcières). Le Malleus Maleficarum est un traité de démonologie, expliquant comment reconnaître les sorcières et les combattre. La chasse aux sorcières permit donc de reprendre aux femmes le peu de pouvoir qu’elles avaient pu acquérir durant le Moyen-Âge.

Persécutées à cause de leur comportement, de leur autonomie et de leur savoir qui menaçaient l’ordre patriarcal, les sorcières ont constamment été dépeintes comme laides1. Elles furent représentées comme des femmes âgées, bossues, avec le nez crochu, le menton en galoche, les cheveux longs et emmêlés, et la bouche édentée. On racontait aussi qu’elles sentaient affreusement mauvais1,9 Même si certaines sorcières ont pu être décrites comme « belles » par des témoins de l’époque, leur représentation commune est celle de femmes extrêmement hideuses. Au XVIe siècle, l’inventeur et médecin italien Jérôme Cardan déclara n’avoir jamais vu de sorcière qui ne fût laide10. La laideur physique semblait être l’avatar d’une laideur morale : une femme qui ne reste pas à sa place est une femme démoniaque et vicieuse, et par conséquent, forcément disgracieuse.

Sexisme et Sciences humaines - Féminisme

« Au meeting des suffragettes, on entend des choses simples – on les entend également », carte postale britannique, début du XXème siècle (source) « Au meeting des suffragettes, vous pouvez entendre des choses simples – et les voir aussi ! », carte postale britannique, début du XXème siècle (source)

Partie 1 : Introduction

Partie 2 : Un beau corps féminin est un corps qui n’occupe pas trop d’espace

Partie 3 : Un beau corps féminin se déplace avec difficulté

Partie 4 : Un beau corps féminin est un corps à l’air jeune voire enfantin et qui est sexualisé

Partie 5 : Un beau corps féminin est un corps qui exprime l’abnégation – le sourire

Partie 6 : Un beau corps féminin est un corps qui exprime l’abnégation – la répression des désirs

Partie 7 : Un beau corps féminin est un corps qui exprime l’abnégation – la souffrance physique

Partie 8 : Un beau corps féminin est un corps qui exprime l’abnégation – la souffrance morale

Partie 10 : Conclusion

Encore une fois : merci…

Voir l’article original 6 777 mots de plus

Tara, celle qui fait passer le guet…

Dans l’une de ses existences antérieures, alors qu’elle était la princesse Lune de sagesse, Tara fit cette promesse : « Dans toutes mes vies le long du chemin, je jure de renaître en tant que femme et je m’éveillerai dans un corps de femme. » Tara est la manifestation féminine du Bouddha de la compassion  née d’une larme … Continuer de lire Tara, celle qui fait passer le guet…

L’Equinoxe du Printemps = Le Nouvel an des Sorcières.

Le printemps est tout à fait indiqué pour célébrer le Nouvel an des Sorcières. Pourquoi à l’équinoxe du Printemps ? Tout simplement, le Printemps symbolise le renouveau, l’éclosion des bourg… Source : L’Equinoxe du Printemps = Le Nouvel an des Sorcières.

Joyeux Ostara

En ce jour d’équinoxe, nous allons célébrer le début du printemps en fêtant  le réveil des forces de germination. En ce point de parfait équilibre des forces du jour et de la nuit de l'année,on peut aussi y voir le mariage du Soleil Dieu avec la Déesse de la Terre. Du point de vue étymologique, … Continuer de lire Joyeux Ostara

La coquille super star

Elle rayonne, elle augmente la vibration des petits objets, des lieux et pour 3 fois rien? Pourquoi s'en passer ? Pour les explications, c'est par ici ou encore là, pour un usage géobio >> Et ici, des échanges  étonnants parfois >> Enjoy MAJ 2020 (source Eric Merlin, géobiologue) Sur cette photo le cristal amplifie l'onde … Continuer de lire La coquille super star

REPORTAGE // Sorciers : agents du ou serviteurs du mal?

Ni noir, ni blanche, ni verte ni roue : la magie est la force de l'intention placée dans un égrégore ancestral. Une reportage à voir, pour comprendre ce monde occulte. https://www.youtube.com/watch?v=6gH3MBaAnrQ  

#Saturne carré aux #Nœuds lunaires

Ce sont aussi les relations avec nos supérieurs hiérarchiques qui peuvent devenir démoralisantes. C’est une phase de blocage, d’attente et de réflexion. Il peut s’en suivre une série de contrariétés, si vous n’acceptez pas de lâcher prise et d’adopter un comportement prévoyant et économe car nous traversons une phase de restriction mais de quoi ?

L'actualité de Lunesoleil

saturne

Nous entrons dans une phase de retraites intérieures que vous avez certainement commencé à ressentir. Ce passage peut se présenter percutant sur le plan des émotions pour ceux qui ont besoin de sollicitude sociale. Il sera demandé d’apprendre à se détacher pour nourrir votre jardin secret. C’est une phase de confrontation intérieure qui nous exige à plus de contact avec le sens de nos réalités. Une influence assez contradictoire avec Neptune dans l’ombre du Nœud sud qui nous suggère à plus de cohésion sociale et de participation collective. Ne serais-ce la préparation à l’ouverture intérieure vers le symbolisme du 9, nombre de l’année en numérologie, qui marque la fin d’un cycle.

Saturne est en lien avec l’ossature, le squelette en connivence avec Mars durant plusieurs mois, ce sont les douleurs physiques, les inflammations ces  petits désagréments qu’ont auraient bien évité. Rappelez-vous de la chanson d’Alain Souchon « Jamais Content » qui devrait…

Voir l’article original 487 mots de plus